CFP: Forests in the Americas, Representations and development

forest2Forests in the Americas

Representations and development

 International conference of the Southwest Pole of the Institute of the Americas

University Bordeaux Montaigne and University of Bordeaux

Bordeaux, October 11-13, 2017

 

  

 scroll downScroll down for French and Spanish versions 

scroll downDéroulez pour versions française et espagnole

 

 

The international conference “Forests in the Americas,” a scientific manifestation of the Southwest Pole of the Institute of the Americas, aims at refining knowledge about the fragile ecosystem of forests, and at improving the understanding of the roles they play in the imagination and development of both ancient and modern societies of the Americas. On every part of the continent, the forest is of prime importance, from Amazonian tropical rainforests to Canadian boreal forests; to all kinds of temperate forests. Nations such as Brazil, Canada, the United States and Peru are among the ten countries with the largest forested land. Other nations, in Central America and the Caribbean islands, are also rich in forested areas sheltering often endemic fauna and flora.

The countries and the actors concerned by forestry rarely agree on common definitions of what constitutes a forest. The study of this theme poses first a conceptual and methodological problem that the participants will be encouraged to discuss. Another purpose of the conference is to define precisely, through interdisciplinary dialogue and comparative studies, the notions commonly used by scholars to talk about the forest. On this lexical and semantic foundation, diverse representations of the forest will be analyzed.

CFP - Colloque Excentricités - 12-13 avril 2017

CFP excentricitéColloque Excentricités

12-13 avril 2017

Université Bordeaux Montaigne

 RÉSUMÉ

Ce colloque invite doctorants, jeunes chercheurs et enseignants-chercheurs de différents horizons disciplinaires à mettre en question le monde actuel à l’aune de la notion d’« excentricités », qui renvoie de prime abord à l’idée d’écart ou de marge : les « excentricités » sont ce qui déroge à une règle en se situant ou en étant situées à la périphérie d’un centre ou d’un cœur. Donner une place à des formes décentrées, à des phénomènes subversifs d’étrangetés, à des pratiques s’adonnant au décalage et au second degré nous paraît urgent à l’heure où des processus de normalisation se généralisent. Pourront ainsi être analysés récits, créations et expériences dans le champ de l’art et du design, imaginaires socio-discursifs, enjeux liés au décentrement d'un texte en traductologie et manifestations politiques marqués par leur aspect décalé, qui travaillent le monde contemporain.

Les propositions, d’une page environ, devront être envoyées avant le 31 octobre aux adresses suivantes :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ; Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ; Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

CFP - What do pictures do? Remediating Images/L'image remédiatisée - 1 et 2 juin 2017

invader mural2Colloque international / International conference

(please scroll down for English version)

Jeudi 1 et vendredi 2 juin 2017

Université de Bordeaux Montaigne

 

Comité organisateur

Mathilde Arrivé (EMMA, Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Nicolas Labarre (CLIMAS, Université Bordeaux Montaigne)

Héléna Lamouliatte-Schmitt (CLIMAS, Université de Bordeaux)

Richard Phelan (LERMA, Université Aix-Marseille)

 

En 1999, le livre désormais classique de Jay David Bolter et David Grusin, Remediation: Understanding New Media (MIT Press, 1999) introduisait la notion de « remediation » pour décrire la manière dont les nouveaux médias incorporent et redéployent (« refashion » and « repurpose ») des contenus visuels initialement conçus dans des médiums dits traditionnels — photographie, peinture, film, télévision — dont les contenus sont eux-mêmes issus de remédiations successives. Pour les deux auteurs, cette volonté d’offrir l’illusion du réel, tout en jouant avec l’opacité intrinsèque des médiums, se place au cœur de l’histoire de l’art occidental, au cœur même de la circulation des objets culturels :

What is a medium? We offer this simple definition: a medium is that which remediates. It is that which appropriates the techniques, forms, and social significance of other media and attempts to rival or refashion them in the name of the real. A medium in our culture can never operate in isolation, because it must enter into relationships of respect and rivalry with other media. (Bolter and Grusin 65)

Si la notion de remediation a permis de repenser l’héritage essentialiste greenbergien de la « pureté » et de « l’autonomie » des médiums artistiques, ou le déterminisme technologique d’un Marshall McLuhan, elle sature désormais nombre de débats sur l’image. Mais l’ouvrage de Bolter et Grusin a également fait l’objet de critiques, eu égard, en particulier, au flou entourant la notion même de remediation, au caractère dépolitisé ou décontextualisé de leur analyse, à une vision téléologique des médiums ou encore à leur approche trop strictement techniciste et trop exclusivement centrée sur les nouvelles technologies numériques.

Aussi, près de 20 ans après la publication du livre de Bolter et Grusin, nous proposons de relancer les réflexions autour de la notion de remediation afin d’en clarifier les contours, d’en préciser les enjeux, voire de les redéfinir au-delà de la tension hypermediacy / immediacy qu’identifiaient les deux auteurs. Alors que la notion a largement échappé à l’ouvrage qui l’a produite, il s’agira d’en éprouver la productivité, la pertinence ainsi que les éventuelles limites à l’épreuve de différents corpus issus notamment de l’aire culturelle anglophone, pour ouvrir de nouvelles pistes de recherche.

CFP - Les traducteurs de bande dessinée/Translators of comics - Octobre 2016

Marc Hercule moderne

[scroll down for the English version]

Lieu: Bordeaux.

Date: jeudi 13 – vendredi 14 octobre 2016.

Aires linguistiques et culturelles : francophone, anglophone et hispanophone, mais les organisateurs accepteront également les propositions concernant d'autres aires linguistiques.

Langues du colloque : anglais et français.

La traduction de la bande dessinée suscite, depuis quelque temps, l’intérêt des chercheurs. Tandis qu’il existait déjà des travaux universitaires dispersés portant sur la traduction de la bande dessinée, voire des ouvrages consacrés à un corpus spécifique (Le tour du monde d’Astérix, édité par Bertrand Richet, par exemple), l’ouvrage pionnier de Federico Zanettin, Comics in Translation (2008), ou encore le récent volume de la revue en ligne New Readings consacré à Comics and Translation (2015), constituent des étapes importantes dans la légitimation et la promotion de ce nouveau champ d’étude ainsi que dans son appropriation par des chercheurs issus d’horizons divers et se situant par nécessité à la croisée des études traductologiques et des cultural studies.

Comme son titre l’indique, ce colloque a pour ambition de situer le traducteur ou la traductrice de bande dessinée eux-mêmes au cœur de la réflexion, leur donnant une visibilité qui paraît leur faire plus encore défaut qu’à leurs collègues spécialistes d’autres genres ou d’autres supports.