8265774692 bc9743a093 wThe research team ADS (Art/Design/Scenography – research laboratory of MICA – EA 4426), AMERIBER (Latin America, Iberian countries – EA3656) and CLIMAS (Cultures and literatures of the English-speaking worlds – EA 4196) of Bordeaux Montaigne University are organizing an International Symposium on Wednesday 26th, Thursday 27th and Friday 28th October 2022, at Bordeaux Montaigne University, France.

Under the direction of Nicolas Nercam ADS-MICA (UBM) associate researcher CEIAS (EHESSCNRS), Martien Bovo AMERIBER (UBM) and Mathilde Bertrand CLIMAS (UBM).

Image: "Icy and Sot offer up some postcolonial c" (CC BY-ND 2.0) by hragv

[French version blow]

[Download the bilingual CFP as PDF]

 

The question of a “decolonization of knowledge”, inspired in large part by cultural and postcolonial studies, permeates today across all university fields. The Decolonization studies have acquired a wide audience in Anglo-Saxon universities.

If this current of thought, whose precise contours are impossible to determine, proposes, in particular, to link the decolonization of knowledge to social and political actions on the ground, its most relevant contribution lies in the continuation of the reflection on “deconstruction” (a key term within postcolonial studies). It is indeed a question, not of "destroying", but of dismantling the presuppositions from which ideas, concepts and practices were able to build themselves in order to give them a new meaning and finally make visible their harmful and their stigmatizing effects.

In addition, following the example of postcolonial studies, many activist organisations, qualified for some as “radicals”, embraces the discourse of decolonial studies (Nicolas Bancel, 2019).

In France, this question weighs on many political, epistemological, institutional and disciplinary debates, with their passions and their polemics[1]. These debates have repercussions in the field of theorical reflection on art and culture, as well as on the practice of the arts. Artists, art historians, museum curators, and exhibition curators now explicitly refer to the theoretical field of the postcolonial and decolonial.

Within contemporary production (constructed as “oppositional” or even “activist”) artistic practices denounce a series of oppressions and alienations considered to be intrinsically linked to one another: the critique of global neoliberal capitalism and of major ecological disasters – the denunciation of wars, of commercial conflicts and technological cyber perils – the rejection of totalitarianism, nationalism and religious fundamentalism – the defence of the rights of minorities and immigrant populations – an adhesion to feminist, anti-racist and LGBT struggles. All of this constitutes the framework for so-called “reactive” artistic productions (Christine Macel, 2020) within which postcolonial and decolonial struggles find their place.

This international symposium, "Art and decoloniality (practices, theory, paradigm)", far from the controversies that often stand in the way of a real scientific debate, proposes to analyze the effects of the phenomenon of "decolonization" both within sciences of art, and within artistic practices. The intention is to assess the possible epistemological and methodological repercussions, as well as the possible changes of objects of study and artistic approaches that this “question of the decolonial” may have given rise to.

This symposium therefore proposes to study artistic productions, characteristics of this movement, and the intellectual proposals that accompany them and aim to transcend the conditions of oppression of yesteryear, to remove the remaining stigmata and discard a "cultural intimacy and epistemic with the former coloniser” (Enrique Dussel, 2000).

The organizing team of this symposium intends to bring together researchers from diverse disciplines in order to reflect together on the various forms and conceptions of the contributions of decolonialism in the arts (thus strengthening and expanding our partnerships with foreign and French researchers).

A non-exclusive and non-exhaustive list of questions presented here in a non-exhaustive way, can serve as a common thread in the preparation of this colloquium: - Does the “decolonial” mean a break with the “postcolonial” or not?

- Under what guises does “the coloniality of the matrix of power” (Anibal Quijano, Ramon Grosfoguel, Santiago Castro-Gomez, 2007 and Walter Mignolo, 2011), having resisted postcolonial independence movements and criticism, continues to manifest itself in the practices of the arts, in the institutions of the art world and in their theoretical approaches? - What are the contemporary legacies of a “colonial period”, still in progress and still in the process of being constantly grasped and recaptured by different actors from the political world and the world of art?

- Can the combative dimension of decoloniality also be creative in the field of the arts? - Does the impact of the postcolonial and the decolonial in the sphere of the arts contribute to the construction of a “radical ethical critique”?

- Can we perceive, within artistic manifestations and their theoretical substrates, the impact of the postcolonial and the decolonial in the emergence of an art aimed at a specific community?

Select Bibliography

Books

- Jean-Loup AMSELLE,

L'Occident décroché, Stock, Paris, 2008.

Rétrovolutions. Essais sur les primitivismes contemporains, coll. Un ordre d’idées, Stock, Paris, 2010.

- Pier BÄCKSRÖM et Benedict HJARTARSON, Decentring the Avant-Garde, Rodopi, Amsterdam, 2014.

- David A. BAILEY, Ian BAUCOM et Sonia BOYCE (dir.), Shades of Black. Assembling Black Arts in 1980s Britain, INIVA-Aavaa, Durham, 2005.

- Nicolas BANCEL, Le postcolonialisme, Coll. Que sais-je ? PUF, Paris, 2019.

- Jean-François BAYART, Les études postcoloniales, un carnaval académique, coll. Disruption, Karthala, Paris, 2010.

- Dominique BERTHET (dir.),

Vers une esthétique du métissage, L'Harmattan, Paris, 2002.

L'émergence d'une autre modernité, L'Harmattan, Paris, 2002.

- Pascal BLANCHARD et Nicolas BANCEL, Culture post-coloniale, 1961-2006, traces et mémoires coloniales en France, coll. Mémoires/Histoire, Autrement, Paris, 2005.

- Myriam-Odile BRIN et Saliou NDOUR (dir.), Musées et restitutions : Place de la concorde

et lieux de la discorde, PURH, Mont-Saint-Aignan, 2021

- Charlotte BYDLER, The Global Artworld, inc. On the Globalisation of Contemporary Art, Uppsala Universitet, 2004.

- Santiago CASTRO-GOMEZ et Ramon GROSFOGUEL, El giro decolonial. Reflexiones para una diversidad epistemica, mas alla del capitalismo global, IESCO-UC, Bogota, 2007. - Emmanuelle CHEREL et Fabienne DUMONT, L’histoire n’est pas donnée. Art contemporain et postcolonialité en France, PUR, 2016.

- Chris CRASS, Towards Collective Liberation: Anti-Racist Organizing, Feminist Praxis, and Movement-Building Strategy, PM Press, Oakland, 2013.

- T. J. DEMOS, Return to Postcolony. Specters of Colonialism in Contemporary Art, Sternberg Press, Berlin, 2013.

- Milena DOYTCHEVA, Le Multiculturalisme, coll. Repères, La Découverte, Paris, 2005.

- Frantz FANON, Les damnés de la terre (préface de Jean-Paul Sartre), Maspero, Paris, 1961. - Jennifer A. GONZALEZ, Subject to Display. Reframing Race in Contemporary Installation Art, The MIT Press, Londres, 2008.

- Catherine GRENIER (dir.), Décentrement : Art et mondialisation. Anthologie de texts de 1950 à nos jours, Centre G. Pompidou, Paris, 2013.

- Nathalie HEINICH, Ce que le militantisme fait à la recherche, coll. Tracts, Gallimard, Paris2021.

- Geeta KAPUR, When was Modernism, essays on Contemporary Cultural Practise in India, Tulika Books, Delhi, 2000.

- Alain MABANCKOU

Rumeurs d’Amérique, Plon, Paris, 2020

Huit leçons sur l’Afrique au Collège de France, Points, Paris, 2021 - Armand MATTELART, Diversité culturelle et mondialisation, coll. Repères, La Découverte, Paris, 2005.

- Armand MATTELART et Erik NEVEU, Introduction aux Cultural Studies, coll. Repères, La Découverte, Paris, 2003.

- Joseph Achille MBEMBE, De la postcolonie. Essai sur l’imagination politique dans l’Afrique contemporaine, coll. Les Afriques,Karthala, Paris, 2000.

- Joseph Achille MBEMBE, Sortir de la grande nuit. Essai sur l’Afrique décolonisée, Cahiers libres, La Découverte, Paris, 2010.

- Kobena MERCER (dir.), Cosmopolitan Modernisms, inIVA, The MIT Press, Cambridge, 2005.

- Claudia MESH, Art and Politics. A Small History pf Art for Social change since 1945, I.B. Tauris, Londres, 2014.

- Walter MIGNOLO, The Darker Side of Western Modernity. Global Futures, Decolonial Options, Duke University Press, Londres, 2011.

- Sophie ORLANDO, British Black Art. L’histoire de l’art occidental en débat, Editions Dis Voir, Paris, 2016.

- Gerald RAUNIG et Gene RAY (dir.), Art and Contemporary Critical Practice. Reinventing Institutional Critique, MayFly, Christchurch, 2009.

- Carole TALON-HUGON, L’art sous contrôle, PUF, 2019.

- Evelyne TOUSSAINT (dir.), Postcolonial / Décolonial. La preuve par l’art, PU Midi, Toulouse, 2021.

- Rolan VASQUEZ, Vistas of Modernity. Decolonial aesthetics and the end of the contemporary, Fond Voor Beeldende Kunsten, Amsterdam, 2020. - Françoise VERGES, Un féminisme décolonial, La Fabrique, Paris, 2019.

- Jean-Pierre WARNIER, La mondialisation de la culture, coll. Repères, La Découverte, Paris, 1999.

Articles

- Joaquin BARRIENDOS, « Géopolitique de l’art mondial. La réinvention de l’Amérique latine comme région geo-esthétique », in Art et Mondialisation. Anthologie de textes de 1950 à nos jours, sous la direction de Sophie Orlando et Catherine Grenier, C. G. Pompidou, Paris, 2013, pp.217-222.

- Mark ELLIOT, « Decolonial Re-enactments? Facing and Retracing Colonial Histories in Collecting ‘Another India’ », in Third Text n°159-160, juillet – septembre 2019 « Exhibiting the Experience of Empire. Decolonising Objects, Images, Materials and Words », 2017, p.631-651.

- Paula BARREIRO LOPEZ, « L’histoire de l’art au défi de la mondialisation : une position critique », in Artl@s Bulletin, « Art History and the Global Challenge » volume 6, issue 1, p.36-46.

- Enrique DUSSEL, « Europa, modernidad y eurocentrismo », in La Colonialidada del saber. Eurocentrismo y ciencias socilaes. Perspectivas latinomericanans, (dir.) Edgardo LANDER, FACES-UCV, Caracas, 2000, p.221-244.

- John GIBLIN, Imma RAMOS et Nikki GROUT, « Dismantling the Master’s House. Thoughts on Representing Empire and Decolonising Museums and Public Spaces in Practice, an Introduction », in Third Text, n°159-160, juillet/septembre 2019, p.471-486.

- MTL Collective, « From Institutional Critique to Institutional Liberation ? A Decolonial Perspective on the Crises of Contemporary Art. », in October (Art/Theory/Crticism/Politics), n°165, été 2018, p.193-227.

- Eve TUCK et K. WAYNE YANG, “Decolonization is not a metaphor”, in Decolonization: Indigeneity, Education, and Society, Vol.1, n°1, 2012, p.1-40.

- Olga VISCO, “Decolonizing the Art Museum: the Next Wave” in The New York Times, 1st mai 2018.

For more information, contact Nicolas Nercam (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.), Martine Bovo (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) and Mathilde Bertrand (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).

 

Submission of abstracts:

Communication proposals, written in English or French, must include:

- The name and email (s) of the author (s),

- The institutional affiliations of the author or authors,

- A short presentation of the author or authors, 200 words maximum,

- The title,

- An abstract of 500 words maximum,

- A list of 5 keywords, - An essential bibliography,

- The written and signed commitment to pay the registration fee of 20 euros, in case the proposal is accepted.

Proposals should be sent in pdf format before The 1st April 2022 to Nicolas Nercam (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.), Martine Bovo (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) and Mathilde Bertrand (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).

The communication proposals will be examined and selected by the scientific committee of the symposium.

The 20 minutes talks will be followed by 10 minutes of discussion. They will be held in French or English. No interpreting or translation services can be provided. (The accommodation and transport costs will be borne by the participants)

 

Scientific Committee:

Yashadatta Alone (JAWAHARLAL NEHRU UNIVERSITY, New Delhi)

Nicolas Bautès (ESO-Caen-CEIAS)

Mathilde Bertrand (CLIMAS)

Myriam Odile Blin (ADS-MICA)

Martine Bovo (AMERIBER)

Cécile Croce (ADS-MICA)

Christine Ithurbide (CNRS-PASSAGES-CEIAS)

Bernard Lafargue (ADS-MICA)

Nicolas Nercam (ADS-MICA-CEIAS)

Gregory Sholette (artist, art critic, Queens College New York)

Organising Committee:

Nicolas Nercam (ADS-MICA-CEIAS)

Martine Bovo (AMERIBER-UBM)

Mathilde Bertrand (CLIMAS)

Augustin Komlavi Noukafou (MSC-MICA)

The Freench translation below

 

Appel à communication

Colloque international : « Art et dé-colonialité (pratique, théorie, paradigme) »

L’axe ADS (Art/Design/Scénographie du MICA – EA 4426), AMERIBER (Amérique latine, Pays ibériques – EA3656) et CLIMAS (Cultures et littératures des mondes anglophones – EA 4196) de l’Université Bordeaux Montaigne organisent un colloque international les mercredi 26, jeudi 27 et vendredi 28 octobre 2022, à l’Université Bordeaux Montaigne.

Sous la direction de Nicolas Nercam (ADS-MICA-UBM-CEIAS), Martine Bovo (AMERIBER-UBM) et Mathilde Bertrand (CLIMAS-UBM).

 

 

La question d’une « décolonisation du savoir », insufflée, en grande partie, par les études culturelles et postcoloniales, interroge aujourd’hui l’ensemble de nos champs universitaires. Les decolonization studies ont acquis de nos jours une large audience dans les universités anglo-saxonnes.

Si ce courant de pensée, dont les contours précis sont impossibles à déterminer, se propose, en particulier, de lier la décolonisation des savoirs à des actions sociales et politiques sur le terrain, son apport le plus pertinent réside dans la poursuite de la réflexion sur la « déconstruction » (terme clé au sein des études postcoloniales). Il s’agit bien, non pas de « détruire », mais bien de démonter les présupposés à partir desquels ont pu s’échafauder des idées, des concepts et des pratiques afin de leur donner une nouvelle signification et rendre enfin visible leurs effets néfastes et leurs portées stigmatisantes.

En outre, à l’instar des postcolonial studies, de nombreux milieux associatifs militants, qualifiés pour certains de « radicaux », se revendiquent du discours des études dé-coloniales (Nicolas Bancel, 2019).

En France, cette question pèse sur de nombreux débats politiques, épistémologiques, institutionnels et disciplinaires, avec leurs passions et leurs polémiques[2]. Ces débats ont des retombées dans le domaine de la réflexion sur l’art et la culture, ainsi que sur la pratique des arts. Des artistes, des historiens de l’art, des conservateurs de musées, et des commissaires d’exposition font maintenant explicitement référence au champ théorique du postcoloniale et du dé-colonial.

Au sein de la production contemporaine (dite de « résistance », voire « activiste ») des pratiques artistiques dénoncent une série d’oppressions et d’aliénations considérées comme étant intrinsèquement liées les unes aux autres : Critique du capitalisme planétaire néolibéral et des grandes catastrophes écologiques – dénonciation des guerres, des conflits commerciaux et des périls cybers technologiques – rejet des totalitarismes, des nationalismes et des fondamentalismes religieux – défense des droits des minorités et des populations immigrées – adhésion aux combats féministes, antiracistes et LGBT. Tout cela constitue le cadre à des productions artistiques dites « réactives » (Christine Macel, 2020) à l’intérieur duquel les luttes postcoloniales et dé-coloniales trouvent leur place.

Ce colloque international, « Art et dé-colonialité (pratiques, théorie, paradigme) », loin des polémiques qui font souvent obstacle à un véritable débat scientifique, se propose d’analyser les impacts du phénomène de la « décolonisation » tant au sein des sciences de l’art, qu’au sein des pratiques artistiques. Il s’agirait d’évaluer les éventuelles retombées épistémologiques, méthodologiques, ainsi que les possibles changements d’objets d’étude et de démarches artistiques que cette « question du dé-colonial » a pu susciter.

Ce colloque se propose donc d’étudier des productions artistiques, caractéristiques de ce mouvement et des propositions qui l’accompagnent visant à transcender les conditions de soumission d’autrefois, à supprimer les stigmates restants et à s’affranchir d’une « intimité culturelle et épistémique avec l’ancien colonisateur » (Enrique Dussel, 2000).

L’équipe organisatrice de ce colloque entend réunir des chercheurs de tous horizons afin de réfléchir ensemble aux diverses formes et conceptions des apports du dé-colonial en arts (renforcer et élargir nos partenariats avec des chercheurs étrangers et français).

Quelques interrogations, non exclusives et présentées ici de manière non limitative, peuvent servir de fil conducteur à la préparation de ce colloque :

- Le « décolonial » fait-il ou non rupture avec le « postcolonial » ?

- Comment « la colonialité de la matrice du pouvoir » (Anibal Quijano, Ramon Grosfoguel, Santiago Castro-Gomez, 2007 et Walter Mignolo, 2011), ayant résisté aux mouvements d’indépendance et à la critique postcoloniales, continue-t-elle de se manifester dans les pratiques des arts, dans les institutions du monde de l’art et dans leurs approches théoriques ?

- Quels sont les héritages contemporains d’une « durée coloniale », toujours en cours et toujours en devenir car en constante saisie et ressaisie par différents acteurs du monde politique et du monde de l’art ?

- La dimension combative de la dé-colonialité peut-elle être également créatrice dans le domaine des arts ?

- L’impact du postcolonial et du dé-colonial dans la sphère des arts contribue-t-il à la construction d’une « critique éthique radicale » ?

- Peut-on percevoir, au sein des manifestations artistiques et de leurs substrats théoriques, l’impact du postcolonial et du dé-colonial dans l’émergence d’un art en direction d’une communauté spécifique ?

Bibliographie sommaire

Ouvrages

- Jean-Loup AMSELLE,

L'Occident décroché, Stock, Paris, 2008.

Rétrovolutions. Essais sur les primitivismes contemporains, coll. Un ordre d’idées, Stock, Paris, 2010.

- Pier BÄCKSRÖM et Benedict HJARTARSON, Decentring the Avant-Garde, Rodopi, Amsterdam, 2014.

- David A. BAILEY, Ian BAUCOM et Sonia BOYCE (sous la direction), Shades of Black.

Assembling Black Arts in 1980s Britain, INIVA-Aavaa, Durham, 2005.

- Nicolas BANCEL, Le postcolonialisme, Coll. Que sais-je ? PUF, Paris, 2019.

- Jean-François BAYART, Les études postcoloniales, un carnaval académique, coll.

Disruption, Karthala, Paris, 2010.

- Dominique BERTHET (sous la direction),

Vers une esthétique du métissage, L'Harmattan, Paris, 2002.

L'émergence d'une autre modernité, L'Harmattan, Paris, 2002.

- Pascal BLANCHARD et Nicolas BANCEL, Culture post-coloniale, 1961-2006, traces et mémoires coloniales en France, coll. Mémoires/Histoire, Autrement, Paris, 2005.

- Myriam-Odile BRIN et Saliou NDOUR (sous la direction), Musées et restitutions : Place de la concorde et lieux de la discorde, PURH, Mont-Saint-Aignan, 2021

- Charlotte BYDLER, The Global Artworld, inc. On the Globalisation of Contemporary Art, Uppsala Universitet, 2004.

- Santiago CASTRO-GOMEZ et Ramon GROSFOGUEL, El giro decolonial. Reflexiones para una diversidad epistemica, mas alla del capitalismo global, IESCO-UC, Bogota, 2007. - Emmanuelle CHEREL et Fabienne DUMONT, L’histoire n’est pas donnée. Art contemporain et postcolonialité en France, PUR, 2016.

- Chris CRASS, Towards Collective Liberation: Anti-Racist Organizing, Feminist Praxis, and Movement-Building Strategy, PM Press, Oakland, 2013.

- T. J. DEMOS, Return to Postcolony. Specters of Colonialism in Contemporary Art, Sternberg Press, Berlin, 2013.

- Milena DOYTCHEVA, Le Multiculturalisme, coll. Repères, La Découverte, Paris, 2005.

- Frantz FANON, Les damnés de la terre (préface de Jean-Paul Sartre), Maspero, Paris, 1961. - Jennifer A. GONZALEZ, Subject to Display. Reframing Race in Contemporary Installation Art, The MIT Press, Londres, 2008.

- Catherine GRENIER (sous la direction), Décentrement : Art et mondialisation. Anthologie de texts de 1950 à nos jours, Centre G. Pompidou, Paris, 2013.

- Nathalie HEINICH, Ce que le militantisme fait à la recherche, coll. Tracts, Gallimard, Paris2021.

- Geeta KAPUR, When was Modernism, essays on Contemporary Cultural Practise in India, Tulika Books, Delhi, 2000.

- Alain MABANCKOU

Rumeurs d’Amérique, Plon, Paris, 2020

Huit leçons sur l’Afrique au Collège de France, Points, Paris, 2021 - Armand MATTELART, Diversité culturelle et mondialisation, coll. Repères, La Découverte, Paris, 2005.

- Armand MATTELART et Erik NEVEU, Introduction aux Cultural Studies, coll. Repères, La Découverte, Paris, 2003.

- Joseph Achille MBEMBE, De la postcolonie. Essai sur l’imagination politique dans l’Afrique contemporaine, coll. Les Afriques,Karthala, Paris, 2000.

- Joseph Achille MBEMBE, Sortir de la grande nuit. Essai sur l’Afrique décolonisée, Cahiers libres, La Découverte, Paris, 2010.

- Kobena MERCER (sous la direction), Cosmopolitan Modernisms, inIVA, The MIT Press, Cambridge, 2005.

- Claudia MESH, Art and Politics. A Small History pf Art for Social change since 1945, I.B. Tauris, Londres, 2014.

- Walter MIGNOLO, The Darker Side of Western Modernity. Global Futures, Decolonial Options, Duke University Press, Londres, 2011.

- Sophie ORLANDO, British Black Art. L’histoire de l’art occidental en débat, Editions Dis Voir, Paris, 2016.

- Gerald RAUNIG et Gene RAY (sous la direction), Art and Contemporary Critical Practice.

Reinventing Institutional Critique, MayFly, Christchurch, 2009.

- Carole TALON-HUGON, L’art sous contrôle, PUF, 2019.

- Evelyne TOUSSAINT (sous la direction), Postcolonial / Décolonial. La preuve par l’art, PU Midi, Toulouse, 2021.

- Rolan VASQUEZ, Vistas of Modernity. Decolonial aesthetics and the end of the contemporary, Fond Voor Beeldende Kunsten, Amsterdam, 2020. - Françoise VERGES, Un féminisme décolonial, La Fabrique, Paris, 2019.

- Jean-Pierre WARNIER, La mondialisation de la culture, coll. Repères, La Découverte, Paris, 1999.

Articles

- Joaquin BARRIENDOS, « Géopolitique de l’art mondial. La réinvention de l’Amérique latine comme région geo-esthétique », dans Art et Mondialisation. Anthologie de textes de 1950 à nos jours, sous la direction de Sophie Orlando et Catherine Grenier, C. G. Pompidou, Paris, 2013, pp.217-222.

- Mark ELLIOT, « Decolonial Re-enactments? Facing and Retracing Colonial Histories in Collecting ‘Another India’ », dans Third Text n°159-160, juillet – septembre 2019 « Exhibiting the Experience of Empire. Decolonising Objects, Images, Materials and Words », 2017, p.631-651.

- Paula BARREIRO LOPEZ, « L’histoire de l’art au défi de la mondialisation : une position critique », dans Artl@s Bulletin, « Art History and the Global Challenge » volume 6, issue 1, p.36-46.

- Enrique DUSSEL, « Europa, modernidad y eurocentrismo », dans La Colonialidada del saber. Eurocentrismo y ciencias socilaes. Perspectivas latinomericanans, sous la direction de Edgardo LANDER, FACES-UCV, Caracas, 2000, p.221-244.

- John GIBLIN, Imma RAMOS et Nikki GROUT, « Dismantling the Master’s House. Thoughts on Representing Empire and Decolonising Museums and Public Spaces in Practice, an Introduction », dans Third Text, n°159-160, juillet/septembre 2019, p.471-486.

- MTL Collective, « From Institutional Critique to Institutional Liberation ? A Decolonial Perspective on the Crises of Contemporary Art. », dans October

(Art/Theory/Crticism/Politics), n°165, été 2018, p.193-227.

- Eve TUCK et K. WAYNE YANG, “Decolonization is not a metaphor”, dans

Decolonization: Indigeneity, Education, and Society, Vol.1, n°1, 2012, p.1-40.

- Olga VISCO, “Decolonizing the Art Museum: the Next Wave” dans The New York Times, 1er mai 2018.

Pour plus d’information, contacter Nicolas Nercam (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) Martine Bovo (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) et Mathilde Bertrand (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).

Modalités de soumission :

Les propositions de communication, rédigées en anglais ou en français, doivent comprendre : - La thématique retenue,

- Le nom et email(s) de l’auteur ou des auteurs,

- Les affiliations institutionnelles de l’auteur ou des auteurs,

- Une présentation succincte de l’auteur ou des auteurs, de 200 mots maximum, - Le titre,

- Un résumé d’une longueur de 500 mots maximum,

- Une liste de 5 mots clés,

- Une bibliographie essentielle,

- L’engagement écrit et signé à s’acquitter des droits d’inscription de 20 euros, au cas où la proposition serait retenue.

Les propositions de communication devront être envoyées, au format pdf, avant le 1er avril 2022, à Nicolas Nercam (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.), à Martine Bovo (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) et à Mathilde Bertrand (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).

Les propositions de communication seront examinées et sélectionnées par le comité scientifique du colloque.

Les communications, d’une durée de 20 minutes de temps de parole, seront suivies de 10 minutes de discussion. Elles seront tenues en français ou en anglais. Aucun service d’interprétariat ou de traduction ne pourra être fourni. (Les frais d’hébergement et de transport seront à la charge des participants ?)

Comité scientifique :

Yashadatta Alone (JAWAHARLAL NEHRU UNIVERSITY, New Delhi)

Nicolas Bautès (ESO-Caen-CEIAS)

Mathilde Bertrand (CLIMAS)

Myriam Odile Blin (ADS-MICA)

Martine Bovo (AMERIBER)

Cécile Croce (ADS-MICA)

Christine Ithurbide (CNRS-PASSAGES-CEIAS)

Bernard Lafargue (ADS-MICA)

Nicolas Nercam (ADS-MICA-CEIAS)

Gregory Sholette (artiste, critique d’art, Queens College New York)

Comité d’organisation :

Nicolas Nercam (ADS-MICA-CEIAS)

Martine Bovo (AMERIBER-UBM)

Mathilde Bertrand (CLIMAS)

Augustin Komlavi Noukafou (MSC-MICA)

 


[1] - The holding of a « non-white only » workshop by a teachers’ union (Le monde, 21-11-2017), the positions taken by the organisation Indigènes de la République, the dissolution of the Ligue de défense noire africaine (Le Monde, 29-09-2021) as well as the advent of decolonial feminism (Françoise Vergès, 2019) – criticizing the Eurocentrism of the « historical feminist movement » which would have tended to take up the clichés of the colonial period on immif-grant, non-European societies – are symptomatic examples of this.

[2] - la tenue d’un atelier en « non-mixité raciale » par un syndicat enseignant (Le Monde, 21-11-2017), les prises de positions des Indigènes de la République, la dissolution de la Ligue de défense noire africaine (Le Monde, 2909-2021), de même que l’avènement d’un féminisme décolonial (Françoise Vergès, 2019) – critiquant l’eurocentrisme du « mouvement féministe historique » qui aurait eu tendance à reprendre les clichés de la période coloniale sur les sociétés immigrées, non-européennes – en sont des exemple symptomatiques.