The White Woman’s Burden: Ruling over the Victorian Kitchen - Béatrice LAURENT

Télécharger l'article/Download the article

 

Résumés

Français :

A l’époque victorienne, les livres de cuisine et les manuels d’économie domestique révèlent l’essentiel de la vie quotidienne, trahissent les attitudes et les personnalités, reflètent l’évolution du sens de l’identité nationale. En tant que genre d’écriture mineure, ces volumes fonctionnent sur le mode du conseil maternel, prescrivent les choses à faire et à ne pas faire, et guident les jeunes femmes dans chaque étape de leur vie domestique. Les valeurs, convictions et préjugés de l’époque saturent les recommandations, les recettes, et même les illustrations. Ils contribuent à définir un ensemble national de références et de préférences. En s’adressant à un lectorat britannique et colonial, les auteures de manuels ménagers et de livres de cuisine sont parvenues ensemble à naturaliser et à propager les valeurs et préjugés de leur époque.

Anglais :

Victorian cookbooks reveal the essentials of everyday life, betray attitudes and personalities, and reflect the evolution of the sense of national identity. As a gendered genre of minor writing, these volumes operate on the motherly or sisterly mode, prescribing the dos and don’ts of almost everything a young woman should know. Victorian values, convictions and prejudices suffuse the advice, recipes and illustrations contained in books of household management and cookbooks, contributing to the definition of a national set of references and preferences. By addressing a British as well as a colonial readership, the women authors of household manuals and cookbooks combined to naturalise and spread Victorian values and prejudices.

 

Auteur

Français :

Béatrice LAURENT est Professeur de civilisation britannique et d’études victoriennes à l’Université Bordeaux-Montaigne. Après une thèse sur les peintres préraphaélites, elle a coordonné un ouvrage collectif sur William Morris (News from Nowhere, 2004). Elle est également l’auteur de La Peinture anglaise (2006), de Provence and the British Imagination (co-direction, 2013), et de Sleeping Beauties in Victorian Britain: Cultural; Literary and Artistic Explorations of a Myth (direction, 2015). Ses recherches s’intéressent aux passerelles entre art, littérature, sciences et société pour mettre au jour les similitudes conceptuelles et leurs représentations, notamment durant la période Victorienne.

Anglais :

Béatrice LAURENT is Professor of Victorian Studies at the Université Bordeaux-Montaigne. A Pre-Raphaelite scholar, Béatrice has edited a volume of essays on William Morris’s News from Nowhere (2004). She also authored La Peinture anglaise (2006), and edited Provence and the British Imagination (2013) and Sleeping Beauties in Victorian Britain: Cultural, Literary and Artistic Explorations of a Myth (2015). Her broader field of research covers the zones of conceptual overlapping between art, literature, science and society, particularly in Victorian Britain.

 

Entrées d’index

Mots-clés : époque victorienne, cuisine, économie domestique, valeurs, préjugés.

Keywords: Victorian Britain, cooking, domestic economy, values, prejudice.