CFP - Artistic Activism and the Globalization of the Art Scene - 4-6 Mai 2020

RESIST! Cover with art by Malika FravreColloque international : L’activisme artistique et la mondialisation de la scène de l’art (théorie, pratique, paradigme et circulations)

Lundi 4, mardi 5 et mercredi 6 mai 2020, à l’Université Bordeaux Montaigne.

“Artivism” encompasses artistic actions, which tackle social and political issues and revive agitational practices, in resistance to the planetary hegemony of the ideology of so-called neoliberal capitalism. This resurgent awareness of the political nature of artistic creation questions consensual discourses on the neutrality of art and aesthetics. Taking into account the need for a global approach to the phenomenon, and the exploration of its most diverse forms and concepts, this conference aims to contribute to the study of arts activism since the 1990s.

Ce colloque est organisé par l’axe ADS (Art/Design/Scénographie du MICA – EA 4426) de l’Université Bordeaux Montaigne, le CEIAS (Centre d’Étude de l’Inde et de l’Asie du Sud – UMR 8564-EHESS-CNRS) et CLIMAS (Cultures et littératures des mondes anglophones – EA 4196) de l’Université Bordeaux Montaigne

Sous la direction de Nicolas Nercam ADS-MICA (UBM) chercheur associé CEIAS (EHESS-CNRS) et Mathilde Bertrand CLIMAS (UBM).

(image: RESIST! Cover with art by Malika Fravre)

Argumentaire :

Sans être clairement défini, « L’activisme en arts » est une appellation fréquemment utilisée, depuis les années 1990, pour évoquer une part importante de la production de l’art contemporain à travers le monde. De nombreuses manifestations internationales – la biennale de Berlin de 2012, la biennale de Venise de 2017, la Manifesta 12 de Palerme en 2018, ou bien la biennale de Kochi-Muziris, « Possibilities for a non-alienated life » de 2018-19 pour ne citer ici que les plus récentes – lui sont consacrées et abordent, entre autres, les thématiques de l’écologie, de l’altermondialisme, du féminisme, de la consommation responsable, de l’aliénation sociale et économique ou de l’immigration. De même, un certain nombre d’ouvrages (C. Mesch 2014, D. Vander Gucht 2014, J.M. Lachaud 2015, N. Thompson 2015, 2018, P. Weibel 2015, G. Didi-Huberman 2016, G. Sholette 2017, 2018, D. Berthet 2018, M. Reilly 2018) et de revues (Artforum International de mai 2019 en est un exemple) abordent la question des formes contemporaines que prennent les interrelations entre art et politique.

« L’artivisme » regroupe des actions artistiques liées à des questions sociales et politiques et renoue avec des pratiques contestataires, en résistance à l’hégémonie quasi planétaire de l’idéologie propre au capitalisme dit néolibéral. Cette nouvelle prise de conscience du caractère politique de la création artistique remet en cause les discours consensuels sur la neutralité de l’art et de l’esthétique, confinés dans leur « autonomie » et imperméables aux désordres du monde. Au sein de l’activisme artistique se joue une dialectique entre deux entités, traditionnellement perçues comme étant de nature différente : le champ de l’art (trop souvent défini comme autonome, sans autre fonctionnalité que la sienne propre) et le champ du politique et du social (pensé comme praxis de l’exercice des pouvoirs dans une société organisée).

Nul doute que l’art, aujourd’hui comme hier, ne peut changer concrètement le monde. Néanmoins, les expériences auxquelles il nous convie peuvent malgré tout, en nous secouant et en nous troublant, nourrir notre capacité de nous révolter et réveiller notre faculté à aspirer à autre chose que ce qui est (Lachaud 2015).

La question centrale que pose l’activisme artistique pourrait être énoncée de la sorte : Comment évaluer la capacité des champs artistiques (arts plastiques, littérature, performance, théâtre, danse, vidéos, etc.) à fonctionner « en écho » à la protestation sociale et politique ?

Vouloir mesurer cette capacité (voire son efficacité) est une entreprise difficile, tant les objectifs et les finalités artistiques et idéologiques des activismes paraissent variés. En témoigne l’extrême diversité des appellations qui désignent, dans le monde, l’activisme en arts : Art sociétal (Socially engaged art), Art engagé, Art communautaire (Community based art) Art dialogique (Dialogic art), Art d’intervention (Interventionnist art), Art participatif (Participatory art), Art relationnel, Art collectif (Collective art), Art contextuel, Artivisme, etc.

Etymologiquement, la notion « d’activisme », au-delà de l’anglicisme auquel elle peut renvoyer, semble mettre à distance toute volonté de réflexion sur le monde contemporain. Elle désigne plutôt – sans revendiquer aucune filiation particulière, ni politique, ni artistique – des conduites privilégiant l’action vigoureuse et même percutante ; quitte à confondre parfois « agitation » et « action ». En ce sens, l’activisme est symptomatique de notre époque, où l’on va favoriser une « urgence de l’action » (urgence climatique et environnementale, urgence sociale, etc.), souvent au détriment de pensées plus globales des problématiques.

L’éventail des pratiques artistiques mobilisées par l’activisme est ainsi très large. Il va de techniques dites traditionnelles (peinture, dessin, sculpture, théâtre, etc.), en passant par des pratiques éphémères, en situation, s’inscrivant dans un temps et un lieu particuliers (espace public, espace urbain, entrepôt, etc.), jusqu’au développement d’interventions sur la toile du net (net art, hacktivism, etc.).

Au sein de toutes ces pratiques, deux positions radicalement opposées peuvent être délimitées :

- L’une qui consiste à inscrire l’action artistique dans une forme de bonification de la fonctionnalité du message et de l’action politique et ce, afin de rendre ces derniers plus « attractifs ». Dans ce cas de figure, l’artiste activiste se doit d’être en empathie (tout du moins en accord) avec l’objet du discours politique. Si ce type d’intervention permet à l’artiste de caresser l’espoir d’obtenir quelques changements sociaux et politiques, il contient le risque de l’assujettissement idéologique, de la dérive vers l’art de propagande et de la réduction de l’innovation esthétique.

- L’autre qui conduit à situer l’action artistique dans le détournement et le dysfonctionnement de l’action politique et de son discours, dans l’annulation de leur dimension pratique et efficiente. Cette dernière position semble avoir été adoptée par un grand nombre d’artistes activistes afin de dénoncer les dangers, les excès, les travers, les hypocrisies de telles ou telles actions politiques ou de tels ou tels principes idéologiques. Elle assure une plus grande autonomie de l’action artistique et semble éviter tout assujettissement au discours politique. Par contre, elle relègue au second plan l’impact de l’action artistique dans le domaine social et politique (en une sorte d’objectivation d’un statu quo politique et social).

Ces deux traditions contradictoires nourrissent, en se mêlant l’une l’autre, ce que l’on appelle l’activisme artistique contemporain dont l’analyse des productions révèle parfois l’ambiguïté des visées.

Prenant en compte la nécessité d’une approche mondiale du phénomène et l’exploration de ses formes et de ses concepts les plus divers, ce colloque entend apporter sa contribution à l’étude de l’activisme en arts depuis les années 1990.

La globalisation nous inviterait à ne plus nous contenter d’une conception nord-atlantique de l'histoire de l'art. Mais pour nombre d’observateurs, ce monde dit unifié reste fortement divisé entre d’un côté les privilégiés et les « développés » et de l’autre les opprimés, « en développement ». Les croisements, les transferts, les interrelations entre art et politique, à l’œuvre au sein de l’activisme artistique, peuvent trouver ainsi des colorations spécifiques en fonction de différents endroits du globe.

L’équipe organisatrice de ce colloque entend réunir des chercheurs de tous horizons afin de réfléchir ensemble aux diverses formes et conceptions de l’activisme en art :

- Dans des aires culturelles autres qu’occidentales (Amérique centrale et latine, Asie, Afrique, Pacifique), souvent marginalisées dans les approches du phénomène.

- Dans des productions artistiques développées dans les pays occidentaux, problématisant, en particulier, les zones marginalisées, l’immigration, l’altérité, l’identité diasporique.

Quelques thèmes, non exclusifs et présentés ici de manière non limitative, peuvent servir de fil conducteur à la préparation de ce colloque :

- Les apports et les résistances vis-à-vis des « modèles » d’arts engagés occidentaux (bouleversant ou confortant les notions de « fonctionnalité » et de « dysfonctionnalité » du champ de l’art).

- Les apports de combats politiques spécifiques à la construction et au développement d’un activisme en art.

- Les héritages ou les survivances de luttes anticoloniales dans les manifestations d’un activisme artistique contemporain.

- Les circulations « sud-sud » à l’origine de la construction et du développement d’activisme artistique dans diverses parties du monde.

- Les contributions significatives de pratiques politiques ou/et artistiques et culturelles locales à la dynamique d’un activisme artistique.

- L’apport du discours postcolonial dans le développement de formes spécifiques de l’activisme artistique.

- Les phénomènes d’alignement (voire de récupération) des pratiques contestataires de l’activisme artistique sur les « industries culturelles » et les « économies créatives ».

Pour plus d’information, contacter Nicolas Nercam (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) et Mathilde Bertrand (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).

Modalités de soumission :

Les propositions de communication, rédigées en anglais ou en français, doivent comprendre :

- Le nom et email(s) de l’auteur ou des auteurs,

- Les affiliations institutionnelles de l’auteur ou des auteurs,

- Une présentation succincte de l’auteur ou des auteurs, de 200 mots maximum,

- Le titre,

- Un résumé d’une longueur de 500 mots maximum,

- Une liste de 5 mots clés,

- Une bibliographie essentielle,

- L’engagement écrit et signé à s’acquitter des droits d’inscription de (?) euros, au cas où la proposition serait retenue.

Les propositions de communication devront être envoyées, au format pdf, avant le 3 février 2020, à Nicolas Nercam (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) et Mathilde Bertrand (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).

Les propositions de communication seront examinées et sélectionnées par le comité scientifique du colloque.

Les communications, d’une durée de 20 minutes de temps de parole, seront suivies de 10 minutes de discussion. Elles seront tenues en français ou en anglais. Aucun service d’interprétariat ou de traduction ne pourra être fourni. (Les frais d’hébergement et de transport seront à la charge des participants)

Comité scientifique :

Nicolas Bautès (IFP-CEIAS)

Mathilde Bertrand (CLIMAS)

Cécile Croce (ADS-MICA)

Chrsitine Ithurbide (CESSMA-CEIAS)

Bernard Lafargue (ADS-MICA)

Nicolas Nercam (ADS-MICA-CEIAS)

Comité d’organisation :

Mathilde Bertrand (CLIMAS)

Nicolas Nercam (ADS-MICA-CEIAS)

Bibliographie sommaire :

Essais (Books)

- Paul Ardenne, Pascal Beausse, Laurent Goumarre, Pratiques contemporaines, l’art comme expérience, Dis voir, Paris, 1999.

- Paul Ardenne, Un art contextuel : création artistique en milieu urbain, en situation d’intervention, de participation, Flammarion, Paris, 2009.

- Paul Ardenne, Art, Le Présent. La création plasticienne au tournant du XXIe siècle, éditions du Regard, Paris, 2009.

- Dominique Baqué, Histoires d’ailleurs : artistes et penseurs de l’itinérance, éditions du Regard, Paris, 2006.

- Dominique Baqué, Pour un nouvel art politique : de l’art contemporain au documentaire, Flammarion, Paris, 2009.

- Alain Bieber et Lukas Feireiss, Urban Interventions. Personnal projects in public spaces, Gestalten, Berlin, 2010.

- Claire Bishop, Artificial Hells. Participatory Art and the Politics of Spectatorship, Verso, Londres, 2012.

- Nicolas Bourriaud, Esthétique relationnelle, Les Presses du Réel, Dijon, 1998.

- Hans Cova, Art et politique : les aléas d’un projet esthétique, coll. Ouverture philosophique, L’Harmattan, Paris, 2005.

- Henri Cueco e Pierre Gaudibert, L’Arène de l’art, Galilée, Paris, 1998.

- Thierry Davila, Marcher, créer, déplacements, flânerie, dérives dans l’art de la fin du XXe siècle, édition du Regard, Paris, 2002.

- John Dewey, Art as experience, Tarcher Perigee, Penguin Books, New York, 2005.

- Georges Didi-huberman, Soulèvements, Gallimard/Jeu de Paume, Paris, 2016.

- Christophe Domino, A Ciel ouvert. L’Art contemporain à l’échelle du paysage, Scala, Paris, 2006.

- Anthony Downey, Art and Politics Now, Thames & Hudson, Londres, 2014.

- Mikel Dufrenne, Art et Politique, éditions 10/18, Paris, 1974.

- Marie Escorne, L’art à même la ville, PUB, Bordeaux, 2015.

- Jean-Jacques Gleizal, L’art et le politique. Essai sur la médiation, PUF, Paris, 1994.

- Catherine Grout, Pour une réalité publique de l’art, L’Harmattan, Paris, 2000.

- Joseph Heath et Andrew Potter, Révolte consommée. Le mythe de la contre-culture, Naïve, Paris, 2005.

- Pablo Helguera, Education for Socially Engaged Art. A Materials and Techniques Handbook, J. Pinto Books, New York, 2011.

- François Hers et Xavier Douroux, L’art sans le capitalisme, Les Presses du Réel, Dijon, 2011.

- Boris Groys, Art Power, MIT Press, Cambridge, 2008.

- Boris Groys, In the Flow, Verso, Londres, 2018.

- Marc Jimenez, La critique : crise de l’art ou consensus culturel ? Klincksieck, Genève, 1995.

- Allan Kaprow, L’Art et la vie confondus, Centre Pompidou, Paris, 1996.

- Jean Marc Lachaud, Art et aliénation, PUF, Paris, 2012.

- Jean Marc Lachaud, Que peut (malgré tout) l’art ?, l’Harmattan, Paris, 2015.

- Stéphanie Lemoine et Samira Ouardi, Artivisme. Art, action politique et résistance culturelle, Alternatives, Paris, 2010.

- Herbert Marcuse, L’Homme unidimensionnel, traduction de M. Wittig, Les éditions de Minuit, Paris, 1964.

- Carlo McCornick, Marc et Sara Schiller, Trespass. Une histoire de l’art urbain illicite, Taschen, Köln, 2010.

- Claudia Mesch, Art and Politics. A Small History of Art for Social Change since 1945, I.B.Tauris, Londres, 2013.

- Claire Moulène, Art contemporain et lien social, éditions Cercle d’art, Paris, 2007.

- Raymonde Moulin, De la valeur de l’art, Flammarion, Paris, 1995.

- Franck Popper, Le Déclin de l’objet, Le Chêne, Paris, 1975.

- Frank Popper, Art, Action et Participation, Klincksieck, Lausanne, 1980.

- Jacques Rancière, Le partage du sensible : esthétique et politique, La Fabrique, Paris, 2000.

- Jacques Rancière, Le spectateur émancipé, La Fabrique, Paris, 2008.

- Jacques Rancière, Aisthesis. Scène du régime esthétique de l’art, Galilée, Paris, 2011.

- Anita Seppä, Globalisation and the Arts from Colonialist and Nationalist Aesthetics to Global Hybrids, LAP Lambert Academic Publishing, 2011.

- Gregory Sholette, Dark Matter : Art and Politics in the age of enterprise culture, Pluto Press, Londres, 2006.

- Gregory Sholette, Delirium and Resistance : Activist Art and the crisis of Capitalism, Pluto Press, Londres, 2017.

- Jan Swidzinski, L’Art et son contexte. Au fait, qu’est-ce que fait l’art ?, Inter éditeur, Québec, 2005.

- Nato Thompson, Seeing Power. Art and Activism in the 21st Century, Melville House Printing, New York, 2015.

- Nato Thompson, Culture as a Weapon : the art influence in everyday life, Melville House Printing, New York, 2017.

- Daniel Vander Gucht, L’expérience politique de l’art. Retour sur la définition de l’art engagé, Les Impressions Nouvelles Editions, Paris, 2014.

- Krzysztof Wodiczko, Art public, art critique, textes propos et documents, Centre Pompidou, Flammarion, Paris, 1996.

- Joëlle Zask, Outdoor Art. La sculpture et ses lieux, coll. « Les Empêcheurs de penser en rond », La Découverte, Paris, 2013.

Ouvrages collectifs

- Art public, Art critique, sous la direction de Krzysztof Wodiczko, ENBA, Paris, 1995.

- Art, Culture et Politique : Actes du congrès Marx International II, sous la direction de Jean Marc Lachaud, PUF, Paris, 1999.

- Les Non-publics - les arts en réceptions, sous la direction de Pascale Ancel et Alain Pessin, tome 1 & 2, L’Harmattan, Paris, Budapest, Torino, 2004.

- Art et Politique, sous la direction de Jena Marc Lachaud, l’Harmattan, collection Ouverture philosophique, Paris, 2006.

- Les formes contemporaines de l’art engagé. De l’art contextuel aux nouvelles pratiques documentaires, sous la direction d’Eric Van Essche, La Lettre volée, Bruxelles, 2007.

- Arts et Pouvoir, sous la direction de Marc Jimenez, Klincksieck, coll. Université des arts, Paris, 2007.

- Collectivism after Modernism. The Art of Social Imagination after 1945, sous la direction de Blake Stimson et Gregory Sholette, University of Mineapolis Press, 2007.

- L’art, le territoire – Art, espace public, urbain, collectif, ERTU, 2008.

- L’artiste et l’entrepreneur, sous la direction de N. Hillaire, Cité du Design Editions, Paris, 2008.

- Un nouvel art de militer : Happenings, luttes festives et actions directes, sous la direction de Cyril Cavalié et Sébastien Porte, Alternatives, Paris, 2009.

- Artivisme : Art, action politique et résistance culturelle, sous la direction de Stéphanie Lemoine et Samira Ouardi, Alternatives, Paris, 2010.

- Art and Activism in the age of Globalization, sous la direction de L. De Cauter, R. De Roo et K. Vanhaesebrouck, NAi, Rotterdam, 2010.

- Une esthétique de l’outrage ?, sous la direction de Jean Marc Lachaud et Olivier Neveux, l’Harmattan, collection Ouverture philosophique, Paris, 2012.

- Living as Form. Socially Engaged Art Form 1991-2011, sous la direction de N. Thompson, Creative Time Books, New York, 2012.

- L’art dans sa relation au lieu, sous la direction de Dominique Berthet, l’Harmattan, 2012.

- Art et mondialisation : Anthologie de textes de 1950 à nos jours, sous la direction de Catherine Grenier, C. Pompidou, Paris, 2013.

- Décentrements. Art et Mondialisation. Anthologie de textes de 1950 à nos jours, sous la direction de Catherine Grenier, Centre Pompidou, Paris, 2013.

- Global Activism, Art and conflict in the 21th century, sous la direction de Peter Weibel, ZKM Karlsruhe & The MIT Press, Londres, 2014.

- Les murs révoltés : Quand le street art parle social et politique, sous la direction de Stéphanie Lemoine et Yvan Tessier, Alternatives, Paris, 2015.

- Lieux & Mondes. Arts, Cultures & Politiques, sous la direction d’Eric Bonnet et François Soulages, col. Local & Global, l’Harmattan, Paris, 2015.

- Rue des arts, productions artistiques et espacer urbain, sous la direction de M. Maleval et J. M. Lachaud, l’Harmattan, Paris, 2015.

- Future Publics (The rest can and should be done by the People) : A critical Reader in Contemporary Art, sous la direction de M. Hlavajova et R. Hoskote, BAK, Utrecht, 2015.

- Political Aesthetics : Culture, critique and Everyday, sous la direction d’Arundhati Virmani, Routledge, Londres, 2015.

- L’Histoire n’est pas donnée. Art contemporain et postcolonialité en France, sous la direction d’E. Chérel et F. Dumont, PUR, Rennes, 2016.

- Former West : Art and the Contemporary after 1989, sous la direction de M. Hlavajova et S. Sheik, BAK, Utrecht, 2016.

- Création et Engagement, sous la direction de Dominique Berthet, coll. Ouverture philosophique, l’Harmattan, Paris, 2018.

- Décolonisons les arts ! sous la direction de L. Cukierman, G. Dambury et F. Vergès, L’Arche, Paris, 2018.

- Art as Social Action : An Introduction to the Princieples and Practices of teaching Social Practice Art, sous la direction de G. Sholette et Chloë Bass, Allworth Press, New York, 2018.

Revues

- Third Text. Critical Perspective on Contemporary Art and Culture, vol. 16, Issue 4, n°61, décembre 2002, Routledge, Londres.

- Les Cahiers du travail social, n° 65, « Cultures, arts et travail social », janvier-avril 2011.

- L’information géographique, « Activisme urbain : art, architecture et espace public », septembre 2012.

- Les Cahiers d’Artes, n° 9, 2012, « L’Art à l’épreuve du social », sous la direction de Sabine Forero Mendoza, PUB, Bordeaux.

- Figures de l’art n°31, revue d’études esthétiques, 2016, « L’Art des villes », sous la direction de Cécile Croce, Presses universitaires de Pau et des pays de l’Adour.

- Third Text. Critical Perspective on Contemporary Art and Culture, n°144, « Social Reproduction and Art », janvier 2017, Routledge, Londres.

- Artforum International Magazine, « Art’s uprisings : Activism now », mai 2019, New York.

- Third Text. Critical Perspective on Contemporary Art and Culture, Special Issue « Anti-fascism/Art/Theory », mai 2019, Routledge, Londres.

Articles

- Claudia Villas Boas, « Geopolitical Criteria and the Classification of Art », Third Text. Critical Perspective on Contemporary Art and Culture, vol. 26, Issue 1, janvier 2012, pp. 41-52.

- Anne Ring Petersen, « Identity Politics, Institutional Multiculturalism, and the Global Artworld », Third Text. Critical Perspective on Contemporary Art and Culture, vol. 26, Issue 1, mars 2012, pp. 195-204.

- Marc James Léger, « Art and Art History After Globalisation », Third Text. Critical Perspective on Contemporary Art and Culturevol. 26, n°118, Issue 5, septembre 2012, pp. 515-528.

- T. J. Demos, « The Art and politis of ecology in India : a roundtable with Ravi Agarwal and Sanjay Kak », Third Text. Critical Perspective on Contemporary Art and Culture, vol. 27, n°120, Issue 1, janvier 2013, pp.151-161.

- A. Memou, “Art, Activism and the Tate”, Third Text. Critical Perspective on Contemporary Art and Culture, vol. 31, Issue 5-6, n°148-149, septembre - novembre 2017, pp.619-632

- Ros Gray et Shela Sheikh, « The Wretched Earth, botanical conflicts and Artistic Interventions », Third Text. Critical Perspective on Contemporary Art and Culture, n°151-152, mai 2018, pp.163-175

CALL FOR PAPER

International Symposium: Artistic Activism and the Globalization of the Art Scene (Theory, Practice, Paradigm and Circulation)

 The research team ADS (Art / Design / Scenography – research laboratory MICA - EA 4426) of Bordeaux Montaigne University, CEIAS (Study Centre of India and South Asia –UMR 8564-EHESS-CNRS) and CLIMAS (Cultures and Literatures of English-speaking worlds - EA 4196) of Bordeaux Montaigne University are organizing an international symposium on Monday 4, Tuesday 5 and Wednesday 6 May 2020, at Bordeaux Montaigne University, France. 

Under the direction of Nicolas Nercam ADS-MICA (UBM) associate researcher CEIAS (EHESS-CNRS) and Mathilde Bertrand CLIMAS (UBM).

Argumentary:

The term "Arts Activism" has been circulating since the 1990s in reference to a significant part of the production of contemporary art throughout the world, however without receiving any clear definition. Numerous international events - the Berlin Biennial in 2012, the Venice Biennial in 2017, the Manifesta 12 in Palermo in 2018, or the Kochi-Muziris Biennial “Possibilities of a non-alienated life” in 2018-19 to name some recent ones – made it a central question and broached, among others, the themes of ecology, anti-globalization, feminism, responsible consumption, social and economic alienation or immigration. Similarly, a number of works (C. Mesch 2014, D. Vander Gucht 2014, JM Lachaud 2015, N. Thompson 2015, 2018, P. Weibel 2015, G. Didi-Huberman 2016, G. Sholette 2017, 2018, D. Berthet 2018, M. Reilly 2018) and magazines (the May 2019 issue of Artforum International for example) address the question of contemporary forms taken by the interrelations between art and politics.

“Artivism” encompasses artistic actions, which tackle social and political issues and revive agitational practices, in resistance to the planetary hegemony of the ideology of so-called neoliberal capitalism. This resurgent awareness of the political nature of artistic creation questions consensual discourses on the neutrality of art and aesthetics, allegedly confined in their "autonomy" and impervious to the disorders of the world. Within artistic activism a dialectic between two entities, traditionally perceived as being of a different nature, is played out: on the one hand the field of art (too often defined as autonomous, with no other functionality than its own) and on the other hand, the field of politics and social activities (understood as a praxis of the exercise of power in an organized society).

Art, today as yesterday, cannot change the world concretely. But the experiences to which it invites us can still, by challenging and disturbing us, nourish our capacity to revolt and awaken our faculty to aspire to something other than what it is (Lachaud 2015).

The central question raised by artistic activism could be stated in this way: How can we evaluate the capacity of art (visual arts, literature, performance, theatre, dance, video art, etc.) to function as social and political protest?

The possibility of measuring this capacity (let alone its effectiveness) is a difficult task. Because the artistic and ideological aims of activism are varied. This is made evident in the extreme diversity of appellations which, across the world designate activism in the arts: Socially Engaged Art, Committed Art, Community Art, Dialogic Art, Interventionist Art, participatory Art, Relational Art (art relationnel) Collective Art, Contextual Art (art contextuel), Artivism (artivisme), etc.

Etymologically, the notion of "activism" doesn’t seem to emphasize any particular reflective position about the contemporary world, but rather, without claiming any particular political or artistic filiations, to favour vigorous action that can be perceived as boisterous, treading at times a fine line between “agitation” and “action”. In this sense, activism is symptomatic of our time, where “urgent action” in response to climatic and environmental crises and social upheaval, etc. is more likely to take place rather than discussion on global issues.

The range of artistic practices mobilized by activism is thus very broad. It ranges from so-called traditional techniques (painting, drawing, sculpture, theatre, etc.), through ephemeral practices, in situation, inscribed in a particular time and place (public space, urban space, warehouse, etc.). ) to the development of interventions on the web of the net (net art, hacktivism, etc.).

Two radically different positions can be delineated, within all these practices:

- When artistic action is part of a form of enhancing the functionality of the message and political action, in order to make the latter more "attractive". In this case, the activist artist must be sympathetic (or at least in agreement) with the object of the political discourse. If this type of intervention allows the artist to cherish the hope of obtaining some social and political changes, it contains the risk of ideological subjugation, drifting into the art of propaganda and the reduction of aesthetic innovation.

- When artistic action participates in the diversion and dysfunction of political action and its discourse, in the cancellation of their practical and efficient dimension. This last position seems to have been adopted by a large number of activist artists in order to call out the dangers, the excesses, the flaws, the hypocrisies of this or that political action or this or that ideological principle. It ensures a greater autonomy of artistic action and seems to avoid any subjection to one political discourse. On the other hand, it relegates to the background the impact of artistic action in the social and political domain (in a sort of objectification of a political and social status quo).

These two contradictory traditions nourish, by mingling with each other, what we call contemporary artistic activism. An analysis of its productions sometimes reveals more or less ambiguous aims.

Taking into account the need for a global approach to the phenomenon, and the exploration of its most diverse forms and concepts, this conference aims to contribute to the study of arts activism since the 1990s.

Globalization invites us to no longer be content with a North Atlantic conception of art history. But for many observers, this supposedly unified worldview cannot mask the sharp divisions between the privileged and the "developed" and the oppressed, in the process of “development”. The crossovers, the transfers, the interrelations between art and politics, at work within the artistic activism, can thus find specific colourings in different places of the globe.

The organizing team of this symposium aims to bring together researchers from different perspectives to reflect together on the various forms and conceptions of art activism:

- In cultural areas other than Western (Central and Latin America, Asia, Africa, Pacific), often marginalized in the approaches to the phenomenon.

- In artistic productions developed in Western countries, attentive, in particular, to the issues of marginalized areas, immigration, otherness, and diasporic identity.

Some non-exclusive themes, presented here in a non-exhaustive way, can serve as a guideline for the preparation of this conference:

- The contributions and resistances vis-à-vis the "models" of Western engaged arts (upsetting or reinforcing the notions of "functionality" and "dysfunctionality" of the field of art).

- The contributions of political struggles specific to the construction and development of an activism(s) in art.

- The legacies or continuities of anti-colonial struggles in manifestations of contemporary artistic activism.

- "South-South" circulations originating in the construction and development of artistic activism in various parts of the world.

- Significant contributions of local political and / or artistic and cultural practices to the dynamics of artistic activism.

- The contribution of postcolonial discourse in the development of specific forms of artistic activism.

- The phenomena of alignment (or even recovery) of the protest practices of artistic activism within the "cultural industries" and "creative economies".

For more information, contact Nicolas Nercam (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) and Mathilde Bertrand (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).

Submission of abstracts:

Communication proposals, written in English or French, must include:

- The name and email (s) of the author (s),

- The institutional affiliations of the author or authors,

- A short presentation of the author or authors, 200 words maximum,

- The title,

- An abstract of 500 words maximum,

- A list of 5 keywords, - An essential bibliography,

- The written and signed commitment to pay the registration fee of (?) Euros, in case the proposal is accepted.

Proposals should be sent in pdf format before February 3rd 2020 to Nicolas Nercam (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) and Mathilde Bertrand (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).

The communication proposals will be examined and selected by the scientific committee of the symposium.

The 20-minute talks will be followed by 10 minutes of discussion. They will be held in French or English. No interpreting or translation services can be provided. (The accommodation and transport costs will be borne by the participants)

Scientific Committee:

Nicolas Bautès (CEIAS-EHESS-CNRS)

Mathilde Bertrand (CLIMAS)

Cécie Croce (ADS-MICA)

Bernard Lafargue (ADS-MICA)

Nicolas Nercam (ADS-MICA-CEIAS)

Organising Committee:

Mathilde Bertrand (CLIMAS)

Nicolas Nercam (ADS-MICA-CEIAS)

Select Bibliography:

Books

- Paul Ardenne, Pascal Beausse, Laurent Goumarre, Pratiques contemporaines, l’art comme expérience, Paris, Dis voir, 1999.

- Paul Ardenne, Un art contextuel : création artistique en milieu urbain, en situation d’intervention, de participation, Flammarion, Paris, 2009.

- Paul Ardenne, Art, Le Présent. La création plasticienne au tournant du XXIe siècle, Editions du Regard, Paris, 2009.

- Dominique Baqué, Histoires d’ailleurs : artistes et penseurs de l’itinérance, Paris, éditions du Regard, 2006.

- Dominique Baqué, Pour un nouvel art politique : de l’art contemporain au documentaire, Flammarion, Paris, 2009.

- Alain Bieber and Lukas Feireiss, Urban Interventions. Personnal projects in public spaces, Gestalten, Berlin, 2010.

- Claire Bishop, Artificial Hells. Participatory Art and the Politics of Spectatorship, Verso, London, 2012.

- Nicolas Bourriaud, Esthétique relationnelle, Les Presses du Réel, Paris, 1998.

- Hans Cova, Art et politique : les aléas d’un projet esthétique, coll. Ouverture philosophique, L’Harmattan, Paris, 2005.

- Henri Cueco and Pierre Gaudibert, L’Arène de l’art, Galilée, Paris, 1998.

- Thierry Davila, Marcher, créer, déplacements, flânerie, dérives dans l’art de la fin du XXe siècle, Paris, édition du Regard, 2002.

- John Dewey, Art as experience, Tarcher Perigee, Penguin Books, New York, 2005.

- Georges Didi-huberman, Soulèvements, Gallimard/Jeu de Paume, Paris, 2016.

- Christophe Domino, A Ciel ouvert. L’Art contemporain à l’échelle du paysage, Paris, Scala, 2006.

- Anthony Downey, Art and Politics Now, Thames & Hudson, London, 2014.

- Mikel Dufrenne, Art et Politique, éditions 10/18, Paris, 1974.

- Marie Escorne, L’art à même la ville, PUB, 2015.

- Jean-Jacques Gleizal, L’art et le politique. Essai sur la médiation, PUF, Paris, 1994.

- Catherine Grout, Pour une réalité publique de l’art, Paris, L’Harmattan, 2000.

- Joseph Heath et Andrew Potter, Révolte consommée. Le mythe de la contre-culture, Naïve, Paris, 2005.

- Pablo Helguera, Education for Socially Engaged Art. A Materials and Techniques Handbook, J. Pinto Books, New York, 2011.

- François Hers and Xavier Douroux, L’art sans le capitalisme, Les Presses du Réel, Monts, 2011.

- Boris Groys, Art Power, MIT Press, Cambridge, 2008.

- Boris Groys, In the Flow, Verso, London, 2018.

- Marc Jimenez, La critique : crise de l’art ou consensus culturel ? Klincksieck, Genève, 1995.

- Allan Kaprow, L’Art et la vie confondus, Centre Pompidou, Paris, 1996.

- Jean Marc Lachaud, Art et aliénation, PUF, Paris, 2012.

- Jean Marc Lachaud, Que peut (malgré tout) l’art ?, l’Harmattan, Paris, 2015.

- Stéphanie Lemoine et Samira Ouardi, Artivisme. Art, action politique et résistance culturelle, Paris, Alternatives, 2010.

- Herbert Marcuse, L’Homme unidimensionnel, translation of M. Wittig, Les éditions de Minuit, Paris, 1964.

- Carlo McCornick, Marc and Sara Schiller, Trespass. Une histoire de l’art urbain illicite, Köln, Taschen, 2010.

- Claudia Mesch, Art and Politics. A Small History of Art for Social Change since 1945, I.B.Tauris, London, 2013.

- Claire Moulène, Art contemporain et lien social, éditions Cercle d’art, Paris, 2007.

- Raymonde Moulin, De la valeur de l’art, Flammarion, Paris, 1995.

- Franck Popper, Le Déclin de l’objet, Le Chêne, Paris, 1975.

- Frank Popper, Art, Action et Participation, Klincksieck, Lausanne, 1980.

- Jacques Rancière, Le partage du sensible : esthétique et politique, La Fabrique, Paris, 2000.

- Jacques Rancière, Le spectateur émancipé, La Fabrique, Paris, 2008.

- Jacques Rancière, Aisthesis. Scène du régime esthétique de l’art, Paris, Galilée, 2011.

- Anita Seppä, Globalisation and the Arts from Colonialist and Nationalist Aesthetics to Global Hybrids, LAP Lambert Academic Publishing, 2011.

- Gregory Sholette, Dark Matter : Art and Politics in the age of enterprise culture, Pluto Press, London, 2006.

- Gregory Sholette, Delirium and Resistance : Activist Art and the crisis of Capitalism, Pluto Press, London, 2017.

- Jan Swidzinski, L’Art et son contexte. Au fait, qu’est-ce que fait l’art ?, Inter éditeur, Québec, 2005.

- Nato Thompson, Seeing Power. Art and Activism in the 21st Century, Melville House Printing, New York, 2015.

- Nato Thompson, Culture as a Weapon : the art influence in everyday life, Melville House Printing, New York, 2017.

- Daniel Vander Gucht, L’expérience politique de l’art. Retour sur la définition de l’art engagé, Les Impressions Nouvelles Editions, Paris, 2014.

- Krzysztof Wodiczko, Art public, art critique, textes propos et documents, Centre Pompidou, Flammarion, Paris, 1996.

- Joëlle Zask, Outdoor Art. La sculpture et ses lieux, coll. « Les Empêcheurs de penser en rond », La Découverte, Paris, 2013.

Collective Works

- Art public, Art critique, edited by Krzysztof Wodiczko, ENBA, Paris, 1995.

- Art, Culture et Politique : Actes du congrès Marx International II, edited by Jean Marc Lachaud, PUF, Paris, 1999.

- Les Non-publics - les arts en réceptions, edited by Pascale Ancel and Alain Pessin, tome 1 & 2, Paris, Budapest, Torino, L'Harmattan, 2004.

- Art et Politique, edited by Jean Marc Lachaud, l’Harmattan, coll. Ouverture philosophique, Paris, 2006.

- Les formes contemporaines de l’art engagé. De l’art contextuel aux nouvelles pratiques documentaires, edited by Eric Van Essche, La Lettre volée, Bruxelles, 2007.

- Arts et Pouvoir, edited by Marc Jimenez, Klincksieck, coll. Université des arts, Paris, 2007.

- Collectivism after Modernism. The Art of Social Imagination after 1945, edited by Blake Stimson and Gregory Sholette, University of Mineapolis Press, 2007.

- L’art, le territoire – Art, espace public, urbain, collective, ERTU, 2008.

- L’artiste et l’entrepreneur, edited by N. Hillaire, Cité du Design Editions, Paris, 2008.

- Un nouvel art de militer : Happenings, luttes festives et actions directes, edited by Cyril Cavalié and Sébastien Porte, Alternatives, Paris, 2009.

- Artivisme : Art, action politique et résistance culturelle, edited by Stéphanie Lemoine and Samira Ouardi, Alternatives, Paris, 2010.

- Art and Activism in the age of Globalization, edited by L. De Cauter, R. De Roo and K. Vanhaesebrouck, NAi, Rotterdam, 2010.

- Une esthétique de l’outrage ?, edited by Jean Marc Lachaud and Olivier Neveux, l’Harmattan, coll. Ouverture philosophique, Paris, 2012.

- Living as Form. Socially Engaged Art Form 1991-2011, edited by N. Thompson, Creative Time Books, New York, 2012.

- L’art dans sa relation au lieu, edited by Dominique Berthet, l’Harmattan, 2012.

- Art et mondialisation : Anthologie de textes de 1950 à nos jours, edited by Catherine Grenier, C. Pompidou, Paris, 2013.

- Global Activism, Art and conflict in the 21th century, edited by Peter Weibel, ZKM Karlsruhe & The MIT Press, London, 2014.

- Les murs révoltés : Quand le street art parle social et politique, edited by Stéphanie Lemoine and Yvan Tessier, Alternatives, Paris, 2015.

- Lieux & Mondes. Arts, Cultures & Politiques, edited by Eric Bonnet and François Soulages, coll. Local & Global, l’Harmattan, Paris, 2015.

- Rue des arts, productions artistiques et espacer urbain, edited by M. Maleval and J. M. Lachaud, l’Harmattan, Paris, 2015.

- Future Publics (The rest can and should be done by the People) : A critical Reader in Contemporary Art, edited by M. Hlavajova and R. Hoskote, BAK, Utrecht, 2015.

- Political Aesthetics : Culture, critique and Everyday, edited by Arundhati Virmani, Routledge, London, 2015.

- L’Histoire n’est pas donnée. Art contemporain et postcolonialité en France, edited by E. Chérel and F. Dumont, PUR, Rennes, 2016.

- Former West : Art and the Contemporary after 1989, edited by M. Hlavajova and S. Sheik, BAK, Utrecht, 2016.

- Création et Engagement, edited by Dominique Berthet, coll. Ouverture philosophique, l’Harmattan, Paris 2018.

- Décolonisons les arts ! edited by L. Cukierman, G. Dambury and F. Vergès, L’Arche, Paris, 2018.

- Art as Social Action : An Introduction to the Princieples and Practices of teaching Social Practice Art, edited by G. Sholette and Chloë Bass, Allworth Press, New York, 2018.

Reviews

- Third Text. Critical Perspective on Contemporary Art and Culture, vol. 16, Issue 4, n°61, December 2002, Routledge, London.

- Les Cahiers du travail social, n° 65, « Cultures, arts et travail social », January-April 2011.

- L’’information géographique, « Activisme urbain : art, architecture et espace public », September 2012,

- Les Cahiers d’Artes, n° 9, 2012, « L’Art à l’épreuve du social », edited by Sabine Forero Mendoza, PUB, Bordeaux.

- Figures de l’art n°31, revue d’études esthétiques, 2016, « L’Art des villes », edited by Cécile Croce, Presses universitaires de Pau et des Pays de l’Adour.

- Third Text. Critical Perspective on Contemporary Art and Culture, n°144, « Social Reproduction and Art », January 2017, Routledge, London.

- Artforum International Magazine, « Art’s uprisings: Activism now », May 2019, New York.

- Third Text. Critical Perspective on Contemporary Art and Culture, Special Issue « Anti-fascism/Art/Theory », May 2019, Routledge, London.

Articles

- Claudia Villas Boas, « Geopolitical Criteria and the Classification of Art », Third Text. Critical Perspective on Contemporary Art and Culture, vol. 26, Issue 1, January 2012, pp. 41-52.

- Anne Ring Petersen, « Identity Politics, Institutional Multiculturalism, and the Global Artworld », Third Text. Critical Perspective on Contemporary Art and Culture, vol. 26, Issue 1, Marsh 2012, pp. 195-204.

- Marc James Léger, « Art and Art History After Globalisation », Third Text. Critical Perspective on Contemporary Art and Culture, vol. 26, n°118, Issue 5, September 2012, pp. 515-528.

- T. J. Demos, « The Art and politis of ecology in India: a roundtable with Ravi Agarwal and Sanjay Kak », Third Text. Critical Perspective on Contemporary Art and Culture, vol. 27, n°120, Issue 1, January 2013, pp.151-161.

- A. Memou, “Art, Activism and the Tate”, Third Text. Critical Perspective on Contemporary Art and Culture, vol. 31, Issue 5-6, n°148-149, September - November 2017, pp.619-632

- Ros Gray and Shela Sheikh, « The Wretched Earth, botanical conflicts and Artistic Interventions », Third Text. Critical Perspective on Contemporary Art and Culture, n°151-152, May 2018, pp.163-175