affiche activisme artistiqueL’axe ADS (Art/Design/Scénographie du MICA – EA 4426) de l’Université Bordeaux Montaigne, le CEIAS (Centre d’Étude de l’Inde et de l’Asie du Sud – UMR 8564-EHESS-CNRS) et CLIMAS (Cultures et littératures des mondes anglophones – EA 4196) de l’Université Bordeaux Montaigne organisent un colloque international les lundi 4, mardi 5 et mercredi 6 mai 2020, à la salle Jean Bordes, MSH Aquitaine, Université Bordeaux Montaigne.

Sous la direction de Nicolas Nercam ADS-MICA (UBM) chercheur associé CEIAS (EHESSCNRS) et Mathilde Bertrand CLIMAS (UBM).

 

Le colloque sera également accessible par Zoom, à l'adresse suivante :
https://u-bordeaux-montaigne-fr.zoom.us/meeting/register/tZIpce-srTgoHtzO3A2csUDPkx-AGSaaXdWJ

Télécharger le programme (PDF)

 

Sans être clairement défini, « L’activisme en arts » est une appellation fréquemment utilisée, depuis les années 1990, pour évoquer une part importante de la production de l’art contemporain à travers le monde.

« L’activisme en arts » regroupe des actions artistiques liées à des questions sociales et politiques et renoue avec des pratiques contestataires, en résistance à l’hégémonie quasi planétaire de l’idéologie propre au capitalisme dit néolibéral. Cette nouvelle prise de conscience du caractère politique de la création artistique remet en cause les discours consensuels sur la neutralité de l’art et de l’esthétique, confinés dans leur « autonomie » et imperméables aux désordres du monde. Au sein de l’activisme artistique se joue une dialectique entre deux entités, traditionnellement perçues comme étant de nature différente : le champ de l’art (trop souvent défini comme autonome, sans autre fonctionnalité que la sienne propre) et le champ du politique et du social (pensé comme praxis de l’exercice des pouvoirs dans une société organisée).

La question centrale que pose l’activisme artistique pourrait être énoncée de la sorte : Comment évaluer la capacité des champs artistiques (arts plastiques, littérature, performance, théâtre, danse, vidéos, etc.) à fonctionner « en écho » à la protestation sociale et politique ?

Vouloir mesurer cette capacité (voire son efficacité) est une entreprise difficile, tant les objectifs et les finalités artistiques et idéologiques des activismes paraissent variés.

L’éventail des pratiques artistiques mobilisées par l’activisme est ainsi très large. Au sein de toutes ces pratiques, deux positions radicalement opposées peuvent être délimitées :

- L’une consiste à inscrire l’action artistique dans une forme de bonification de la fonctionnalité du message et de l’action politique et ce, afin de rendre ces derniers plus « attractifs ».

- L’autre conduit à situer l’action artistique dans le détournement et le dysfonctionnement de l’action politique et de son discours, dans l’annulation de leur dimension pratique et efficiente.

Ces deux traditions contradictoires nourrissent, en se mêlant l’une l’autre, ce que l’on appelle l’activisme artistique contemporain dont l’analyse des productions révèle parfois l’ambiguïté des visées.

Prenant en compte la nécessité d’une approche mondiale du phénomène et l’exploration de ses formes et de ses concepts les plus divers, ce colloque entend apporter sa contribution à l’étude de l’activisme en arts depuis les années 1990.

La globalisation nous inviterait à ne plus nous contenter d’une conception nord-atlantique de l'histoire de l'art. Mais pour nombre d’observateurs, ce monde dit unifié reste fortement divisé entre d’un côté les privilégiés et les « développés » et de l’autre les opprimés, « en développement ». Les croisements, les transferts, les interrelations entre art et politique, à l’œuvre au sein de l’activisme artistique, peuvent trouver ainsi des colorations spécifiques en fonction de différents endroits du globe.

L’équipe organisatrice de ce colloque entend réunir des chercheurs de tous horizons afin de réfléchir ensemble aux diverses formes et conceptions de l’activisme en art :

- Dans des aires culturelles autres qu’occidentales (Amérique centrale et latine, Asie, Afrique, Pacifique), souvent marginalisées dans les approches du phénomène.

- Dans des productions artistiques développées dans les pays occidentaux, problématisant, en particulier, les zones marginalisées, l’immigration, l’altérité, l’identité diasporique.

Photography as collaborationONLINE SEMINAR, November 2020 – March 2021

Université Paris Est Créteil (IMAGER)

Université Bordeaux Montaigne (CLIMAS)

 [Left: Photographer Inès Elsa Dalal withKyra Simms & family.  © Curtis McNally]

 

 

 

This online seminar seeks to address collaboration and the spectrum of collective working methods which have defined and keep informing some of the independent practices in the field of photography in the 20th and 21st centuries. The focus is on the UK, France, and Australia, with a number of case studies envisioned in a comparative approach. The seminar includes panel discussions and talks with practitioners. It is free and open to the public. The sessions will be held as online events (French time). To register and receive a link to the online sessions, please follow this link.

You can also download this programme as a PDF.

 

Robert Louis Stevenson by Henry Walter Barnett bwProvisional programme subject to change

All sessions will take place at the “Maison de la Recherche” on the Pessac Campus (get off Tram B at the Montaigne-Montesquieu stop).

More details on the conference's website: https://rls2020.sciencesconf.org/resource/page/id/6

 

Wednesday 17th June : Film evening at Cinéma Jean Eustache in Pessac (subject to confirmation)

 

Thursday 18th June

9h – 9h30 Welcome. Opening address by Nathalie Jaëck (CLIMAS) and Lesley Graham (LACES).

9h30-10h30 : Keynote address: Jean-Pierre Naugrette, Université Paris Sorbonne. ‘Stevenson and the pleasure of nightmares’.

10h30 : coffee break

11h – 12h30 Session 1 Pleasure and the art of fiction (salle des thèses)

· Richard Dury (Honorary fellow, University of Edinburgh): ‘Stevenson and Charm’.

· Richard Ambrosini (Université de Rome) : ‘R. L. Stevenson and Henry James's arts of fiction’.

· Robert Louis Abrahamson (University of Maryland). ‘The Pleasures of a Literary Vagrant’.

12h30 : Presentation of the the European Cultural Route ‘In the Footsteps of Robert Louis Stevenson’, followed by an apéritif.

13h00 – 14h00 : Lunch (buffet on site)

beckett« Pénétrer dans l’arène sexuelle » : Sexe et genre dans l’œuvre de 
Samuel Beckett

Université Bordeaux Montaigne MSHA
Pessac, France


Les titres des deux romans de jeunesse de Samuel Beckett témoignent d’un goût pour le scabreux et la provocation qui ne se démentira pas 
au fil de l’œuvre, et qui vaudra à leur auteur d’être expulsé de la maison familiale et d’être censuré en Irlande. Si, par la suite, l’obscénité s’y fait plus feutrée, et que la sexualité tend à disparaître d’un univers diégétique de plus en plus abstrait, le sexe, souvent cru, est une caractéristique récurrente des textes. Quant à la 
sexualité, dans sa version normative, elle y est systématiquement contrariée par l’impuissance et l’horreur de la procréation affichée par les personnages masculins, au comportement sexuel « déviant » du paradigme hétérosexuel (analité, onanisme). Le sexe interroge le rapport à l’autre, comme partenaire sexuel et dans sa dimension genrée. Nous proposons avec ce congrès de faire le point sur les apports des gender, queer, trans et sexuality studies dans le champ 
des études beckettiennes. Que révèlent-ils de l’esthétique et de l’éthique beckettiennes ? Quelles politiques des textes sont ainsi mises au jour ? Comment le genre et la sexualité chez Beckett sont-ils problématisés aujourd’hui sur les scènes mondiales ?

Les organisateurs en sont : Jean-Michel Gouvard (Lettres, Univ. Bordeaux Montaigne), Pierre Katuszewski (Théâtre, Univ. Bordeaux Montaigne), Stéphanie Ravez et Pascale Sardin (Anglais, Univ. Bordeaux Montaigne).

Détails sur le site du Congrès: https://beckett2020.sciencesconf.org/