Valérie Robin Azévédo - Récits d’apparitions et subversions mineures dans les Andes péruviennes à l’époque du Sentier lumineux - 19 décembre 2014

Séminaire puissance du mode mineur

10h30-12h30, salle 2, MSHA

Valérie Robin Azévédo, anthropologue, Professeur à Paris 3: elle sera présentée par Jean-Paul Deler, géographe, sur le sujet suivant: « Récits d’apparitions et subversions mineures dans les Andes péruviennes à l’époque du Sentier lumineux ».

Dans le cadre du conflit qui a opposé l’Etat péruvien et la guérilla maoïste du Sentier Lumineux (1980-2000), V. Robin-Azévédo interrogera l’articulation entre culture et politique comme source de déstabilisation de ce « mode majeur » imposé en temps de guerre par les acteurs armés (exécutions sommaires, viols, humiliations) dans les Andes quechuaphones. Elle s'intéresse notamment à la manière dont les catégories de l’imaginaire et les productions culturelles locales ont été mobilisées/transformées dans la genèse d’un langage subversif alternatif pour s’opposer à l’ordre militaire et à sa domination despotique. L’idée est de cerner, dans le détail ethnographique, ce que l’anthropologue James Scott a appelé « l’arme des faibles » ou encore l’« infrapolitique des dominés ».
Elle proposera une étude de cas qu'elle a menée dans le village de Huancapi, dans les Andes du sud du Pérou, où nombreux sont ceux qui témoignent des apparitions miraculeuses du saint patron durant la guerre. Comment comprendre ces narrations récurrentes qui évoquent (ou dénient) des épisodes concrets de violence au cours desquels Saint Louis se serait présenté aux différents acteurs du conflit pour les dissuader de brutaliser les villageois ? Il s’agira d’analyser le discours politico-religieux contenu dans ces narrations. La figure exceptionnelle du saint participe en fait de l’élaboration d’une mémoire collective emblématique : une mémoire héroïque et victorieuse, qui donne un autre sens à l’expérience douloureuse des villageois et la terrible réalité des exactions vécues. On assiste alors à un renversement, éphémère mais crucial pour l’identité et la mémoire collective locale, des lieux de victimisation et d’oppression, permettant à ces « mineurs » de reprendre prise sur leur destin.

En plus de très nombreux articles, Valérie Robin-Azévédo a publié en 2008: Miroirs de l'Autre vie. Pratiques rituelles et discours sur les morts dans les Andes de Cuzco (Pérou),Société d'Ethnologie, Collection Recherches Américaines, 7, Université Paris X, Nanterre, 328 p. et en 2009: El regreso del indígena. Retos, problemas y perspectivas (avec Carmen Salazar-Soler, eds.), Institut Français d’Etudes Andines (IFEA)/Centro Bartolomé de las Casas (CBC)/Coopération régionale française, Lima.

Jean-Paul Deler, docteur d'État avec une thèse sur l'Équateur, a terminé sa carrière comme directeur de recherche au CNRS, à Bordeaux. Il a été professeur à l'université nationale San Marcos de Lima et directeur de l'Institut français d'études andines au Pérou. Il a dirigé l'équipe pluridisciplinaire REGARDS, unité mixte de recherche CNRS-ORSTOM. Ses travaux portent sur la dynamique des territoires et la formation de l'Etat national dans le monde andin, en Equateur et au Pérou en particulier. Il a codirigé le Tome "Amérique Latine" de la Géographie Universelle publié en 1991 par Belin/Reclus.

pdfVous trouverez en fichier joint les documents sur lesquels tous deux s'appuieront lors de cette conférence, à laquelle nous espérons vous trouver nombreux.