Terreur blanche et art de la restriction dans The Sweet Hereafter (1991) de Russel Banks - F. Spill

Télécharger le PDF

Résumés

Français : Dans The Sweet Hereafter, Russell Banks évoque la terreur qui assaille une petite communauté au nord de l’État de New York qui se trouve soudain privée de ses enfants, et donc de sa postérité, suite à un accident de bus scolaire. La terreur s’immisce dans le roman sous une double forme privée et communautaire : en effet, tandis que les victimes et témoins testent ce qui est encore susceptible de les (r)attacher à la vie, la communauté à laquelle ils appartiennent esquisse à son échelle diverses stratégies de survie. Mais en dépit de la dimension éminemment douloureuse et pathétique de la situation qui sous-tend le roman, ce qui le caractérise, c’est paradoxalement l’extrême réserve des récits successifs. L’état de choc qui est décrit trouve en effet un corollaire dans l’écriture blanche de Russell Banks et dans les paysages enneigés qu’elle dépeint, l’hiver, le froid et la neige donnant la mesure de la stupeur des personnages tout en figeant le temps et la violence des émotions qui le traversent.

Anglais : In The Sweet Hereafter Russell Banks evokes the terror that seizes a small community in the north of New York State, as it is brusquely deprived of its children and future, as a consequence of a school bus accident. Terror infiltrates the novel in private and communal forms. Indeed, while both victims and witnesses are made to test their shattered attachment to life, the community to which they belong experiments diverse large-scale survival strategies. Yet despite the fact that the situation underlying it is painfully fraught with pathos, the novel is characterized by an extreme, somehow paradoxical, restriction. The state of shock that is described is paralleled by Bank’s blank writing and by the white landscapes he depicts, winter, cold and snow figuring the characters’ stupor while freezing time and the violence of emotions.

DOI: http://dx.doi.org/10.21412/leaves_0104

Entrées d’index

Mots-clés : Accident, deuil, terreur, restriction, blancheur, tragédie, catharsis, narrateurs à la 1ère personne

Key words : Accident, mourning, restriction, whiteness, tragedy, catharsis, 1st-person narrators

Plan

Anatomie d’un drame

Figures de la stupeur

Exorcisme de la terreur : liesse vengeresse

Conclusion

Auteur

Ancienne élève de l’ENS-LHS, Frédérique Spill est maître de conférences en littérature américaine à l’Université de Picardie Jules Verne à Amiens. Elle est l’auteure d’une thèse sur William Faulkner publiée sous le titre L’idiotie dans l’œuvre de William Faulkner (PSN, 2009) et co-auteure deRegards sur l’Amérique (Armand Colin, 2011). Elle a récemment contribué à deux ouvrages collectifs sur Faulkner, Critical Insights: The Sound and the Fury (Salem Press, 2014) et Faulkner at Fifty: Tutors and Tyros (Cambridge Scholars Publishing, 2014). Elle a également publié en français et en anglais des articles sur Flannery O’Connor, Richard Ford, Cormac McCarthy, Jonathan Safran Foer et Nicole Krauss. Ses travaux récents portent essentiellement sur l’œuvre du romancier, nouvelliste et poète américain contemporain Ron Rash.

Frédérique Spill is Associate Professor of American literature; she teaches at the University of Picardy – Jules Verne in Amiens, France. She is the author of L’Idiotie dans l’œuvre de William Faulkner (Presses Universitaires de la Sorbonne-Nouvelle, 2009); she coauthoredRegards sur l’Amérique. She recently contributed to Critical Insights: The Sound and the Fury (Salem Press, 2014) and to Faulkner at Fifty: Tutors and Tyros (Cambridge Scholars Publishing, 2014). She has also published articles in French and in English on Flannery O’Connor, Richard Ford, Cormac McCarthy, Robert Penn Warren, Jonathan Safran Foer and Nicole Krauss. For the past two years her research and publications have mainly been focusing on the work of novelist, short story writer and poet Ron Rash.