Push de Sapphire : de l’invisibilité mutique au récit-témoignage, ou comment se reconstruire après le chaos - V. Croisille

Télécharger le PDF

Résumés

Français : Ecrit sur le mode confessionnel, récit à la fois introspectif et interactif, Push retrace la reconstruction de Precious, adolescente obèse et illettrée. Victime de ses parents incestueux, elle accouche de deux enfants, dont l’un trisomique. Dans une stratégie de « scriptothérapie » qui fait écho notamment à celle de Celie dans The Color Purple ou de Jefferson dans A Lesson Before Dying, cette (anti-)héroïne a recours à une écriture phonétique, vivante et rythmée, qui fait ressurgir ses souvenirs traumatiques, dans un langage cru qui révèle mieux encore le caractère sordide des abus qu’elle a subis. En portant la voix de la narratrice, ce texte-palimpseste témoigne d’une vie de chaos, tant du point de vue formel que thématique, mélangeant récit, dialogues, dessins naïfs et poèmes sur une page parfois raturée, symbolique d’une perlaboration qui n’est encore pour cette survivante qu’un laborieux, mais prometteur, « work in progress ».

Anglais : An introspective and interactive narrative written on the confessional mode, Push relates the reconstruction of Precious, an obese and illiterate teenager. The victim of incest by her own parents, she gives birth to two children – including one with a trisomic disorder. The (anti)heroine resorts to “scriptotherapy”, a strategy that notably echoes that of Celie in The Color Purple or Jefferson in A Lesson Before Dying. Her living, phonetic and rhythmical writing brings back traumatic memories, while her coarse language reveals the sordid character of the abuses she has endured. By giving voice to the narrator, this palimpsestuous text testifies to her chaotic life, both on the formal and thematic levels, as the novel blends pure narration, dialogue, naïve sketches and poems on a sometimes blacked-out page – symbolic of this female survivor’s « working-through », which is still only a laborious, yet promising, « work in progress ».

DOI: http://dx.doi.org/10.21412/leaves_0118

Entrées d’index

Mots-clés : traumatisme, confession, scriptothérapie, perlaboration, interaction

Key words : trauma, confession, scriptotherapy, working-through, interaction

Plan

Identité négative et « autrui signifiant » : le rôle de l’autre dans la destruction et la reconstruction du Moi

Du passif à l’actif : texte et écriture du Moi

Conclusion

 

Auteur

Valérie Croisille, actuellement maître de conférences à l’Université de Limoges, est spécialiste de la littérature noire américaine et des écrivains du Sud des Etats-Unis. Elle explore notamment les problématiques liées à l’oralité, l’écriture, la relation entre histoire et Histoire, la mémoire et l’héritage. Auteur d’un essai critique sur l’œuvre d’Ernest J. Gaines, écrivain contemporain noir américain originaire de Louisiane ( Ernest J. Gaines, Griot du Nouveau-Monde [2006]), elle a également écrit des articles, en français et en anglais, sur les nouvelles et romans de nombreuses autres grandes figures de la littérature américaine, notamment George Washington Cable, Richard Ford, David Bradley, Alice Walker, Joan California Cooper, Sapphire, Phyllis Alesia Perry, Gayl Jones, et Toni Morrison. Ses recherches s’orientent actuellement plus particulièrement sur la question de la représentation de la mémoire traumatique des néo-récits d’esclaves écrits par des femmes.

A senior lecturer currently teaching in the University of Limoges, France, Valérie Croisille is a specialist in Afro-American and Southern literatures, and more particularly studies the questions of orality, writing, the relation between story and history, memory, heritage, and trauma. She is the author of an essay on the complete works of Louisiana contemporary Black American writer Ernest J. Gaines (Ernest J. Gaines, Griot du Nouveau-Monde [2006]), and wrote articles in English and French on the novels and short stories of many other major figures of US literature, notably George Washington Cable, Richard Ford, David Bradley, Alice Walker, Joan California Cooper, Sapphire, Phyllis Alesia Perry, Gayl Jones, and Toni Morrison. Her research now especially focuses on the representation of traumatic memory in women’s neo-slave narratives.