La vulnérabilité et la grâce : lecture croisée de deux nouvelles, « Greenleaf » de Flannery O’Connor (1956) et « Real Estate » de Lorrie Moore (1998) - M. Bellehigue

Télécharger le PDF

Résumés

Français

Cet article propose une lecture croisée d’une nouvelle de Flannery O’Connor, « Greenleaf » (1956), et d’une nouvelle de Lorrie Moore, « Real Estate » (1998). Liés par de nombreux échos thématiques (intrusions, prolifération du même, figures christiques, morts violentes) et des stratégies narratives communes (effacement des limites, duplications, structure tragique), ces deux textes établissent un lien étroit entre défaite et gratitude, vulnérabilité et grâce. Ils déclinent ainsi plusieurs motifs de perméabilité à l’origine d’une fragilisation des protagonistes mais aussi de la forme elle-même, la dynamique intertextuelle venant prolonger cette porosité formelle à la source d’un dialogue fécond entre les nouvelles.

Anglais

This paper aims at comparing two short stories, Flannery O’Connor’s “Greenleaf” and Lorrie Moore’s “Real Estate”. Linked by numerous thematic echoes (intrusions, duplications, Christ figures, violent deaths) and multiple narrative strategies (blurring of limits, tragic patterns), these two texts create a link between defeat and gratitude, vulnerability and grace. They illustrate various motifs of permeability that account for a weakening of the protagonists along with a kind of formal porosity that is increased by the intertextual dynamics itself establishing a fruitful dialogue between the two stories.

DOI: http://dx.doi.org/10.21412/leaves_0308

Entrées d’index

Mots clés : Flannery O’Connor, Lorrie Moore, intertexualité, vulnérabilité, grâce, grotesque, vulnérabilité formelle

Key words: Flannery O’Connor, Lorrie Moore, intertextuality, vulnerability, grace, grotesque, vulnerable form

Auteur

Français

Myriam Bellehigue est maître de conférences à l’Université de Paris-Sorbonne et membre de l’équipe d’accueil VALE. Elle est l’auteur d’une thèse et de plusieurs articles sur l’œuvre poétique et en prose d’Elizabeth Bishop. Ses travaux plus récents portent sur divers auteurs contemporains (Flannery O’Connor, Louise Erdrich, May Swenson, Carol Ann Duffy, Amit Chaudhuri, Lorrie Moore), autour de l’écriture de l’exil et d’enjeux intertextuels.

Anglais

Myriam Bellehigue is Senior Lecturer at the University of Paris-Sorbonne and a member of VALE. She is the author of a thesis and several articles on Elizabeth Bishop’s poetry and prose. Recently she has worked on poetry and short fiction (Flannery O’Connor, Louise Erdrich, May Swenson, Carol Ann Duffy, Amit Chaudhuri, Lorrie Moore), focusing on the thematics and aesthetics of exile and on intertextual issues.