Negotiating the Age Divide in British Teen and Young Adult Fiction from the 1970s to the Present - Virginie Douglas

Télécharger le PDF

Résumés

Français :

La littérature pour la jeunesse a toujours été fondée sur un paradoxe, une impossibilité inhérente à l’entreprise d’un auteur tentant de retrouver le point de vue enfantin qu’il a perdu depuis longtemps. Cet article s’intéressera à ce paradoxe essentiel en proposant une approche théorique de la question de l’âge, à partir de l’étude d’un corpus de romans pour adolescents et jeunes adultes publiés dans les cinq dernières décennies. Écrire pour un jeune lectorat implique de négocier la relation entre, d’une part, la reconnaissance de la spécificité enfantine, souvent matérialisée dans les livres pour enfants par des toiles de fond que les adultes ont—de façon commode mais peu réaliste—désertées ou des endroits isolés, cabanes ou terrains vagues, et, d’autre part, la description de ce qui constitue la préoccupation première de la littérature pour la jeunesse : le fait de grandir, c’est-à-dire l’expérience de la transition d’un état vers un autre. L’évolution de cette littérature a suivi celle de la représentation de l’enfance et celle du rapport adulte/enfant dans la société occidentale. La remise en cause de l’ordre établi, et en particulier de l’autorité adulte, telle que celle à laquelle se livraient les héros des romans de Roald Dahl des années 1960 aux années 1980, correspond désormais à un comportement acceptable de la part des enfants et des adolescents. On met aujourd’hui l’accent non plus sur le conflit ou l’opposition adulte/enfant mais sur la continuité entre les deux états et sur le caractère transitoire de l’adolescence. Et ce qui constituait un genre mineur a obtenu une telle légitimité sociologique, économique et littéraire que les livres pour enfants ont maintenant atteint leur maturité et que l’opposition entre genre mineur et genre majeur est devenue caduque, comme le confirme le phénomène de la crossover literature (livres que le lecteur lit alors qu’ils ne s’adressent pas initialement à sa catégorie d’âge).

Anglais:

Children’s literature has always been based on a paradox, an impossibility inherent in the adult author’s endeavour to recapture the child’s point of view s/he has long lost. This paper will engage with this essential paradox by proposing a theoretical approach to the issue of age drawing on a corpus of novels for teenagers and young adults published in Britain in the last fifty years. Writing for a young readership requires negotiating the relationship between the recognition of the child’s specificity, often materialized in children’s books in settings conveniently yet unrealistically deserted by adults, or in isolated places like dens or wastelands, and the depiction of what children’s literature is all about: growing up, i.e. experiencing the transition from one state to another. The evolution of this literature has followed that of Western society’s representation of and relationship to childhood: challenging the establishment and especially adult authority, as Roald Dahl’s heroes used to do from the 1960s to the 1980s, has become acceptable behaviour on the part of children and teenagers. The emphasis is no longer on the adult/child conflict or opposition but on the continuum between the two states and the in-betweenness of adolescence. And what used to be a minor genre has become sociologically, economically and literarily legitimized to the extent that children’s literature can now be said to have “come of age” itself, making the notions of minor vs major genres irrelevant, as does the phenomenon of “crossover literature” (books read across age barriers).

L'auteur

Français :

Virginie Douglas est Agrégée d’anglais, Maître de Conférences au Département d’études anglophones de l’Université de Rouen et membre de l’Équipe de Recherche Interdisciplinaire sur les Aires Culturelles (ERIAC). Secrétaire du bureau de l’Institut International Charles Perrault, elle est spécialiste de littérature britannique pour la jeunesse et sa recherche porte sur les problématiques de la théorie, de la narration et de la traduction des livres pour enfants. Elle a dirigé les ouvrages Perspectives contemporaines du roman pour la jeunesse (2003), Littérature de jeunesse et diversité culturelle (2013), La Retraduction en littérature de jeunesse/Retranslating Children’s Literature (2014 ; avec Florence Cabaret) et État des lieux de la traduction pour la jeunesse (2015).

Anglais :

Virginie Douglas is a Senior Lecturer in the Department of English Studies at the University of Rouen, France, and a member of ERIAC (Équipe de Recherche Interdisciplinaire sur les Aires Culturelles). She is Secretary of the Institut International Charles Perrault and specializes in British children’s literature and the questions of theory, narration and translation related to children’s books. She is the editor of Perspectives contemporaines du roman pour la jeunesse (2003), Littérature de jeunesse et diversité culturelle (2013), La Retraduction en littérature de jeunesse/Retranslating Children’s Literature (with Florence Cabaret, 2014) and État des lieux de la traduction pour la jeunesse (2015).

Entrées d'index

Mots-clés : littérature pour l’enfance et la jeunesse / roman / adolescence / classes d’âge / relation adulte/enfant / entre-deux

Keywords: children’s and young adult literature / novel / teens / young adults / age groups / adult/child relationship / in-betweenness

 

DOI : http://dx.doi.org/10.21412/leaves_0501