Doubt vs. Lies in Malcolm Bradbury’s Doctor Criminale - Lilia MIROSHNYCHENKO

Télécharger l'article/Download the article

Résumés

Français :

Le mensonge, en tant qu’entité personnelle et collective, occupe une place centrale dans le roman que Malcolm Bradbury publie en 1992, Doctor Criminale. Les manifestations du mensonge y sont prises dans un contexte très large, politique, universitaire, culturel, historique, géographique, etc. Cet article analyse la manière dont on peut considérer le roman comme une enquête, en analysant le traitement collectif du mensonge. La définition du concept par Mahon, qui distingue quatre conditions du mensonge, est privilégiée du fait de sa pertinence dans un récit littéraire. L’une d’entre elles, « la condition de la non véracité », nécessite que le mensonge intentionnel soit in fine détecté. Nous chercherons à démontrer que l’un des moyens essentiels pour détecter le mensonge est le doute, le scepticisme du narrateur, Francis Jay, qui se lance dans une quête de la vérité concernant un intellectuel mondialement reconnu, le docteur Bazlo Criminale, pour découvrir qu’il s’agit, en réalité, d’un menteur. Nous examinerons aussi de quelle manière les régimes totalitaires reposent sur une éthique du mensonge, en se basant sur le concept de culpabilité développé par Saint Augustin et sur l’ouvrage récent de G. Mellema qui distingue responsabilité personnelle et responsabilité collective. Nous nous pencherons sur le rôle des intellectuels, sur l’ambiguïté de leur influence sur le grand public, à la lumière des déterminants politiques et idéologiques essentiels du XXème siècle. Enfin, nous soulignerons la nature duplice de la détection, dans la mesure où, selon la formule de Wayne Booth, il y aurait « une communion secrète entre l’auteur et le lecteur dans le dos du narrateur ».

Anglais :

The lie as both a personal and collective entity is central to Malcolm Bradbury’s 1992 novel, Doctor Criminale, in which lies have a wide range of contexts—political, academic, cultural, historical, geographical, etc.Using J. Mahon's definition of lying (i.e., a lie requires four necessary conditions) this article analyzes Bradbury’s work as a collective investigation. One of the conditions—the “untruthfulness condition”—requires that the intentionally deceptive statement be detected. We seek to demonstrate that one of the essential instruments for detecting lies is doubt, in this case the skeptical doubt of the narrator, Francis Jay, who undertakes a quest for truth regarding the internationally celebrated intellectual, Doctor Bazlo Criminale—a figure of modern cosmopolitanism in the view of the public but, in fact, a liar. We also explore the ethics of lying in totalitarian regimes, drawing on St. Augustine’s taxonomy of culpability and G. Mellema's recent work on the distinctions between personal and collective responsibility. The phenomenon of public intellectuals and their ambiguous personal impact throughout the twentieth century is also highlighted.Finally, the article emphasizes the duplicitous nature of detection, showing that compliance with all the conditions for lying takes place in what Wayne Booth has called “a secret communion of the author and reader behind the narrator's back.”

Auteur

Français :

Lilia MIROSHNYCHENKO est professeure de littérature comparée à l’université nationale Taras Shevchenko de Kiev en Ukraine. Elle a publié plus de quarante articles sur des auteurs britanniques, William Golding et Doris Lessing en particulier. Elle a également contribué au volume History of Dutch Literature (2002). Sa recherche et son enseignement sont centrés sur le roman britannique contemporain, les relations entre la littérature, la philosophie, l’histoire littéraire et la littérature néerlandaise.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Anglais :

Lilia MIROSHNYCHENKO is Professor of world literature at Taras Shevchenko National University of Kyiv in Ukraine. She has published over forty articles on British writers including William Golding and Doris Lessing. She is also one of the authors of History of Dutch Literature (2002). Her research and teaching interests include the contemporary British novel, the relations between literature and philosophy, the history of literature and Dutch literature.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Entrées d’index

Mots-clés : doute, mensonge, intellectuel, responsabilité collective, scepticisme, Bildungsroman

Keywords: doubt, lies, public intellectuals, collective responsibility, skepticism, Bildungsroman