De l’origine à l’originalité : Curse of Frankenstein (Terence Fisher, 1957) ou l’insularité de l’œuvre intermédiale - Isabelle LABROUILLERE

Télécharger l'article/Download the article

Résumés

Français :

Lorsque Curse of Frankenstein sort sur les écrans en 1957 et inaugure le cycle fantastique de la Hammer, le film de Terence Fisher s’inscrit dans la lignée d’une série d’hypotextes clairement identifiés. Entre le roman de Mary Shelley et le film de Fisher, les années 30 et 40 ont vu fleurir au sein de la compagnie Universal toute une série de productions ayant contribué à cristalliser, dans l’esprit du spectateur anglo-saxon, les modalités du récit shelleyen au point d’en faire un véritable mythe. Cependant, malgré le fonctionnement intrinsèquement réticulaire du film (l’affirmation de son héritage s’affichant dans son intitulé même), Terence Fisher n’aura de cesse de s’éloigner de ce territoire balisé pour lui opposer une nouvelle cartographie destinée à en revisiter les contours. Cet article vise donc à montrer à quel point l’analyse du film de Fisher par le prisme de l’intermédialité manifeste paradoxalement l’insularité d’une œuvre qui ne cesse de mettre en abyme son fonctionnement métafilmique afin de mieux proclamer sa singularité.

Anglais:

When Terence Fisher’s Curse of Frankenstein was released in 1957 and initiated Hammer’s cycle of horror films, it fitted into a series of well-known hypotexts. Between Mary Shelley’s Frankenstein and this new opus, the blossoming of various Universal productions in the thirties and forties had helped crystallize, among Anglo-Saxon viewers, the conventions of Shelley’s narrative thus turning it into a myth. Yet, despite the intrinsic rooting of Curse of Frankenstein in a network of references (as advertised in the title itself), Terence Fisher found multiple innovative ways of creating a new cartography designed to reinvent such overly delineated territory. The present analysis of Terence Fisher’s film through the prism of intermediality aims at revealing the paradoxical insularity and singularity of a film whose narrative keeps mirroring its metafilmic essence.

Auteur

Français :

Isabelle Labrouillère est Maître de Conférences à lÉcole Nationale Supérieure d’AudioVisuel (ENSAV), école de cinéma interne à l’Université Toulouse Jean Jaurès. Elle y enseigne le sous-titrage de films et dirige le parcours de Master Recherche / Expérimentation. Responsable des Relations Internationales de l’ENSAV, elle organise chaque année la « Corrida Audiovisuelle », événement international destiné à réunir différentes écoles de cinéma membres du CILECT (Centre International de Liaison des Écoles de Cinéma et de Télévision) autour de projections de films d’étudiants et de débats consacrés à la pédagogie et la théorie du cinéma. Détentrice d’un doctorat nouveau régime en esthétique filmique consacré notamment à la représentation du fantastique, membre du laboratoire LARA-SEPPIA, ses dernières parutions ont porté aussi bien sur les réalisateurs du Nouvel Hollywood et sur Barbara Loden, que sur David Fincher, David Cronenberg ou Naomi Kawase.

Anglais:

Isabelle Labrouillère is assistant professor at the École Nationale Supérieure d’AudioVisuel (ENSAV), a film school that belongs to Toulouse Jean Jaurès University, where she teaches subtitling and supervises the Research / Experimentation Master’s program. She is also in charge of International Relations at ENSAV and oversees the “AudioVisual Corrida,” an international event consisting of meetings and screenings among film and audiovisual schools, members of CILECT, an association comprising the world’s major film and television schools. The holder of a Ph.D. in the aesthetics of fantasy in films, and a member of the LARA-SEPPIA laboratory, her recent research has focused on various topics such as the directors of New Hollywood, Barbara Loden, David Fincher, David Cronenberg and Naomi Kawase.

Entrées d’index

Mots-clés : intermédialité, palimpseste, interartialité, transfert, intrasémioticité, auctorialité

Keywords: intermediality, palimpsest, interartiality, transfer, intrasemioticity, authorship