La Caraïbe et ses littératures migrantes : l’exemple de Sato San, Le Maître des Corsets de Roland Brival, et de La Parole prisonnière de Jean Métellus - Manuel Norvat

Télécharger le PDF/Download as PDF

 Résumés

Français :

La production littéraire de la Caraïbe est inscrite d’office dans cette forme inédite de migration que fut la déportation esclavagiste, ce qui oblige à repenser la notion de transmission. Je formule l’hypothèse selon laquelle ce qui est légué, comme le suggèrent Jean Métellus (La Parole prisonnière, 1986) et Roland Brival (Santo San, le maître des corsets, 2017), est un trauma originel et la possibilité d'en conjurer les effets délétères – non plus de manière directe par un exorcisme de « l’être noir », mais de manière indirecte, un détour à travers ce que j’appelle « littérature migrante ». Ces deux romans contemporains ne déploient pas un déplacement physique, géographique, mais un décentrement énonciatif et référentiel, sorte d’anonymat auctorial, permettant paradoxalement de se recentrer sur la blessure transmise en héritage : la parole oblitérée, censurée (Métellus), le corps aliéné, « corseté », bien meuble du maître (Brival).

Anglais :

The literary production of the Caribbean is seminally ascribed to the global form of migration which the slave deportation represented. This leads us to rethink the notion of transmission. I formulate the hypothesis whereby what is bequeathed, as suggested by Jean Métellus (La Parole prisonnière, 1986) and Roland Brival (Santo San, le maître des corsets, 2017), might be an original trauma and the possibility to ward off its deleterious effects–no longer in a direct way through an exorcism of the “black being”, but in an indirect way, as a detour through what I call “migrant literature”. These two contemporary novels do not stage a physical, geographic displacement, but an enunciative and referential decentering, a sort of auctorial anonymity, paradoxically allowing readers to refocus on the wound transmitted as a heritage: the obliterated, censored speech (Métellus), the alienated body, the “corseted”, movable property of the master (Brival).

Auteur

Français :

Manuel Norvat est docteur ès lettres de l’Université Paris-3 Sorbonne Nouvelle. Spécialiste de l’œuvre d’Édouard Glissant, il enseigne à l’Université des Antilles, où il est chercheur associé au C.E.R.E.A.P (Centre d’études et de recherches en esthétique et arts plastiques). Il est l’auteur du Chant du Divers, introduction à la philopoétique d’Édouard Glissant (L’Harmattan, 2015) et de Zwel lalin [Le Jeu de la lune] (Ibis rouge, 2002), un roman en langue créole. Ses travaux et ses enseignements portent principalement sur la littérature française et comparée, la grammaire et la stylistique, ainsi que sur les langues et cultures créoles.

Anglais :

Manuel Norvat holds a doctorate in literature from Paris-3 Sorbonne Nouvelle University. A specialist of the work of Édouard Glissant, he teaches at the Université des Antilles, where he is a research associate at C.E.R.E.A.P (Center for Studies and Research in Aesthetics and Visual Arts). He is the author of Chant du Divers, introduction à la philopoétique d’Édouard Glissant (L'Harmattan, 2015) and Zwel lalin [Le Jeu de la lune] (Ibis rouge, 2002), a novel in French Creole. His works and teachings focus mainly on French and comparative literature, grammar and stylistics, as well as Creole languages and cultures.

Entrées d’index

Mots clés : Métellus, Brival, transculturel, littératures migrantes, détour

Keywords : Métellus, Brival, transculturalism, migrant literatures, detour