Stratégies de la transmission : la patrimonialisation du groupe martiniquais Watabwi, souffleurs de conques - William Rolle

Télécharger le PDF/Download as PDF

Résumés

Français :

Étudier la stratégie de transmission du groupe de musiciens « Watabwi », souffleurs de conques de lambis, permet d’interroger la notion de tradition en relation avec notre contemporanéité. Il s’agit de résoudre les problématiques de transmission de la musique que permettent les conques, en dépit des ruptures avec les survivances amérindiennes et africaines. Nous mettons en évidence l’importance d’une stratégie émotionnelle dans ce parcours musical et scénique lors de commémorations à haute valeur symbolique dans la mémoire martiniquaise. Watabwi privilégie dans l’expression de cette émotion la littérature d’Édouard Glissant. En choisissant un pattern percussif au dépend du glissando,Watabwi s’ouvre à des collaborations avec des musiciens d’horizons musicaux divers (biguine, free-jazz, jazz, tambours traditionnels, biguine-jazz, etc.), enrichissant ainsi l’émotion inhérente à la conque. Nous avons pendant quatre ans suivi les itinéraires de construction de ce groupe qui progressivement se définit comme groupe musical « patrimonial ». Nous avons mené en parallèle un travail de photographie qui participe à l’image du groupe. C’est l’occasion d’une interrogation disciplinaire de la fonction de l’anthropologue.

Anglais :

Studying the transmission strategy of the group of musicians “Watabwi”, conch blowers of queen conch, allows us to question the notion of tradition in relation with our contemporaneity. I endeavour to solve the problems raised by the modes of transmission of the type of music that the conches produce, despite the ruptures from Amerindian and African surviving forms. This article highlights the importance of an emotional strategy in this musical and scenic journey during commemorations with a high symbolic value in the memory of Martinique. Watabwi emphasizes the literature of Édouard Glissant in the expression of this emotion. By choosing to focus on a percussive pattern at the expense of the glissando, Watabwi open up to collaborations with musicians from various musical backgrounds (biguine, freejazz, jazz, traditional drums, biguine-jazz, etc.), thereby enriching the emotion inherent in the conch. For four years, I have followed the construction routes of this group which gradually defined itself as a “heritage” musical group. During these years, I have carried out photographical work which contributes to the image of the group. This particular dimension of my work is the occasion for a disciplinary questioning around the function of the anthropologist.

Auteur

Français :

William Rolle est sociologue et anthropologue. Ses thèmes de recherches et ses publications sont variés, mais concentrés autour de la société martiniquaise. Il est le co-auteur d’un ouvrage d’anthropologie urbaine sur une opération de rénovation, Vieux-Pont ou Les oubliés de la mangrove (Ibis rouge, 2005), et d’un ouvrage sur l’alimentation, Le Grand livre du cochon créole, (Orphie, 2014). Il a publié des articles sur l’anthropologie visuelle (concernant l’aménagement intérieur des habitats martiniquais), sur la mort, la famille, et sur la sociologie de l’art.

Anglais :

William Rolle is a sociologist and anthropologist. His research themes and publications are varied but mostly revolve around Martinican society. He has co-authored a volume of urban anthropology concerned with a renovation operation, Vieux-Pont ou Les oubliés de la mangrove (Ibis rouge 2005), and a book on food cultures, Le Grand livre du cochon créole (Orphie, 2014). He has published articles on visual anthropology (concerning the interior design of Martinican habitats), on death, family and the sociology of art.

Entrées d’index

Mots clés : Martinique, musique, patrimoine, conche, émotion, Glissant

Keywords: Martinique, music, heritage, conch, emotion, Glissant