Surviving Vulnerability, or the Perverted Empowerment of a Community in Toni Morrison’s The Bluest Eye - C. Ha Soon

Télécharger le PDF

Résumés

Français :

Cet article a pour objectif d’analyser les différentes formes que la vulnérabilité peut prendre, et les différentes réactions qu’elle suscite au sein d’une communauté qui est socialement, historiquement et culturellement considérée comme vulnérable : la communauté noire aux Etats-Unis d’Amérique dans les années 40. Le roman The Bluest Eye, de Toni Morrison, met en scène plusieurs personnages qui sont tour à tour victimes de leur statut de membres vulnérables en tant que noirs vivant dans une société régie par les blancs. Il s’agira d’étudier la manière dont les personnages résistent face à ce statut d’infériorité qui leur a été attribué, jusqu’à parfois même l’inverser – ou pas.

Anglais :

This paper aims at analyzing the different forms vulnerability takes and the various responses it triggers in a community that is socially, historically and culturally defined as vulnerable: the black community in America in the 1940’s. Toni Morrison’s The Bluest Eye depicts several characters who are in turn victims of their vulnerable state as blacks in a white-dominated society, and the ways they try to resist, and even sometimes reverse their given status of inferior beings–or not.

DOI: http://dx.doi.org/10.21412/leaves_0309

Entrées d’index

Mots-clés : Toni Morrison ; identité noire ; communauté ; culpabilité collective, catharsis sociale

Keywords: Toni Morrison; black identity; community; collective guilt; social catharsis

Auteur

Français : Christelle Ha Soon est doctorante en littérature américaine à l’Université de Rouen (laboratoire de recherche ERIAC), travaillant sous la direction de Anne-Laure Tissut.

Après avoir travaillé deux ans sur les œuvres de Toni Morrison, elle a obtenu son Master d’Etudes Anglophones en 2010 à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV), avant d’obtenir le CAPES-CAFEP d’anglais l’année suivante.

Tout en enseignant dans un établissement du second degré, elle poursuit ses recherches qui portent sur la construction de l’identité dans la littérature ethnique américaine, et plus spécifiquement dans la littérature afro-américaine et sino-américaine à travers les œuvres de Toni Morrison et Maxine Hong Kingston. Elle s’intéresse plus particulièrement aux conflits culturels et aux dilemmes identitaires propres à la littérature des groupes ethniques minoritaires aux Etats-Unis, et à la constitution d’une identité plurielle à travers le langage et l’écriture.

Elle a participé à plusieurs colloques et conférences internationales en français et en anglais, lors desquels elle a abordé les enjeux et risques de l’élaboration d’une identité politique, sociale mais également littéraire inédite, et la réinvention du langage qui en découle.

Anglais : Christelle Ha Soon is a Ph.D student in American Literature at Rouen University (ERIAC Research Laboratory), France, working under the supervision of Anne-Laure Tissut.

After working for two years on the works of Toni Morrison, she obtained her Master’s Degree in English in 2010 at La Sorbonne University (Paris IV), before passing the French Teaching Exam (CAFEP-CAPES) in English the following year.

She is currently doing her doctoral thesis while teaching in a high school in Paris. Her research focuses on the construction of identity in ethnic American literature, especially in African-American and Chinese-American literature through the works of Toni Morrison and Maxine Hong Kingston. She is most particularly interested in the cultural conflicts and dilemmas evoked in ethnic American literature, eventually leading to the making of a plural identity through writing and the manipulation of language.

She took part in several international conferences both in French and English, during which she looked at the possible risks and benefits that would result from the invention of a new political, social but also literary identity, through the creation of a new and somehow unknown language.