The Enclave in Brian Selznick’s Novels: a Transient Space for Self-construction.” - Isabelle Gras

Télécharger le PDF

Auteure

Français:

Isabelle Gras est professeure des écoles et doctorante en quatrième année de thèse à l’Université Bordeaux Montaigne, sous la direction de Mme la professeure Nicole Ollier au sein de l’équipe d’accueil CLIMAS. Ses recherches se focalisent sur le rôle de la métaphore et la relation entre texte et image dans les albums anglophones pour enfants, notamment dans les œuvres de Neil Gaiman et Dave McKean, de Shaun Tan et de Brian Selznick. Elle a été co-organisatrice du colloque « L’enclave dans les mondes anglophones » et a effectué diverses présentations à Bordeaux, à Toulon au congrès de la SAES, et Galway à la 13e conférence de ESSE. Elle a publié dans la revue Leaves, en 2015, un article qui examine la voix et le regard de l’enfant dans la littérature à public double.

Anglais :

Isabelle Gras is a schoolteacher and a PhD student at Université Bordeaux Montaigne, under the supervision of professor Nicole Ollier, among the research team CLIMAS. Her research focuses on the relationships between text and images in picture books as well as the role of metaphor in visual and textual narration in a selection of picture books by Neil Gaiman and Dave McKean, Shaun Tan, and Brian Selznick. She co-organized the conference on “The Enclave in the Anglophone World” and gave presentations at conferences in Bordeaux, at the 2015 SAES congress in Toulon and at ESSE 13th conference in Galway in 2016. In 2015, she published an article focusing on the child’s voice and gaze in dual audience literature, in Leaves.

DOI : http://dx.doi.org/10.21412/leaves_0406

Résumés

Français:

Cet article se propose de montrer que dans deux romans de Brian Selznick, The Invention of Hugo Cabret et Wonderstruck, l’enclave constitue une structure sous-jacente qui permet à l’auteur de développer sa principale préoccupation, à savoir la nécessité, commune à de nombreuses personnes, de se trouver une nouvelle famille. Les différents espaces narratifs sont examinés à travers le concept d’hétérotopie défini par Michel Foucault qui met en évidence la fonction ambivalente des bâtiments publics dans lesquels se déroulent les intrigues, lesquels sont à la fois des espaces où les héros trouvent un abri et des amis, et des espaces clos où ils doivent se cacher. Les espaces clos reflètent l’isolation psychologique des héros orphelins ou handicapés de Selznick. En s’appuyant sur une approche psychologique de l’enclave, basée sur l’étude des enclaves autistiques de Frances Tustin et l’analyse que fait Benoît Virole de la surdité, l’article isole les procédés picturaux et narratifs mis en œuvre par l’auteur pour créer une enclave psychologique autour de ses personnages. Finalement, il montre que cette enclave intérieure est conçue comme un espace transitoire que les protagonistes doivent quitter pour trouver, avec l’aide de leur famille biologique, une nouvelle communauté où vivre. L’enclave devient ainsi un espace transitoire de construction de l’individu où les héros de Selznick peuvent construire leur identité de futurs adultes.

Anglais:

This paper studies the enclave in two novels by Brian Selznick, The Invention of Hugo Cabret and Wonderstruck, and argues that it constitutes an underlying structure allowing the author to develop his main concern, the necessity for many people to find a new family for themselves. The different spaces of the narratives are examined in terms of Michel Foucault’s concept of heterotopia. This highlights the ambivalent function of the public buildings in which the plots unfurl, as open spaces where the heroes can find shelter and friends, and as enclosed spaces where they have to hide. The enclosed spaces mirror the psychological isolation of Selznick’s handicapped or orphan heroes. Relying on Frances Tustin’s study of autistic enclaves and Benoît Virole’s analysis of deafness, this paper isolates the author’s pictorial and narrative processes to create a psychological enclave around his characters. Finally, it shows that this interior enclave is conceived as a transitory space that the protagonists leave to find the place where they belong, with the help of their biological family. The enclave thus becomes a transient space for self-construction where Selznick’s heroes can build their identities as future adults.

Entrées d’index

Mots clés : enclave psychologique, autiste, sourd, album, espace transitoire, objet transitionnel

Key words: psychological enclave, autistic, deaf, picture book, transient space, transitional object